A ce stade de la nuit – Maylis de KERANGAL

stade-nuit

Verticales, 15 octobre 2015, 80 pages

Présentation de l’éditeur :

Lampedusa. Une nuit d’octobre 2013, une femme entend à la radio ce nom aux résonances multiples. Il fait rejaillir en elle la figure de Burt Lancaster- héros du Guépard de Visconti et du Swimmer de Frank Perry- puis, comme par ressac, la fin de règne de l’aristocratie sicilienne en écho à ce drame méditerranéen : Le naufrage d’un bateau de migrants.

Mon avis :

Finalement, je tente de nouveau de lire l’auteure, dont j’avais abandonné Naissance d’un pont il y a quelques années. Ce texte court en est l’occasion.

Je dois dire que je suis agréablement surprise, je peux dire que j’ai aimé cette méditation d’une nuit.

Lu d’une traite, l’écrivain a su me faire entrer dans ses méditations à la limite du songe, à l’heure où les pensées et les images s’enchainent sans ordre.

Oeuvre de commande pour la Fondation Facim (Fondation pour l’Action Culturelle Internationale en Montagne), Maylis de Kerangal nous parle surtout des paysages qui ont bercé notre vie, des lieux reliés à notre parcours personnels.

Une belle et douce lecture.

L’image que je retiendrai :

Celle de l’arrivé en bateau sur l’île de Stromboli de la narratrice, avec son enfant dans les bras, pour rejoindre un homme.

29 réflexions au sujet de « A ce stade de la nuit – Maylis de KERANGAL »

  1. Yuko

    Je l’ai lu le mois dernier ! C’est vrai qu’on est toujours à la limite du rêve. L’écriture est comme toujours sublime même si j’ai préféré réparer les vivants du même auteur.

    Répondre
  2. le Bison

    Ce Naissance d’un pont me fait envie depuis pas mal de temps. Surtout depuis que j’ai lu sa Tangente vers l’est. J’ai trouvé qu’elle avait une plume qui se prête bien à la poésie et à l’évasion.

    Répondre
  3. L'or rouge

    Ce titre faisait partie de ceux que j’ai notés pour la rentrée de septembre, mais… et bien la rentrée de janvier est là et celui ci n’est toujours pas lu… ni dans ma PAL d’ailleurs

    Répondre

Laisser un commentaire