Au bonheur des dames – Emile ZOLA

Une histoire d’amour au milieu des chiffons. Je sais, c’est un peu raide comme résumé, mais vous connaissez mon esprit de synthèse.

J’ai découvert tous les tissus possibles et imaginables, nous qui ne nous vêtons plus que de jeans et de coton (un peu de soie encore, parfois, en cas de mal de gorge).

Mais oui, Emile Zola a un talent incomparable pour nous décrire l’emprise des Grands Magasins et la destruction du petit commerce ; les coups marketing avant l’heure et la taylorisation du travail des vendeuses/eurs.

Les descriptions sont parfois un peu longues, mais rien de tel pour faire vivre Le Bonheur des Dames, qui devient un personnage à part entière.

Denise, le personnage principal, m’a un peu agacée, au début. Fraîchement débarquée de Valognes (c’est où ça ? C’est beau, mais c’est loin…), elle est un peu cruche au milieu du rayon et en amour.

J’ai préféré le personnage de Mme Aurélie, la première du rayon, et son fils qui n’en fait qu’à sa tête.

Sans oublier les bourgeoises qui volent de la dentelle pour le plaisir du frisson.

Mais M. Zola démontre avec brio que ce Bonheur des Dames n’est qu’une nouvelle forme d’emprisonnement des femmes :

« Alors, plus haut que les faits déjà donnés, au sommet, apparut l’exploitation de la femme » (p.70)

« Il ne pensait qu’à elle, cherchait sans relâche à imaginer des séductions plus grandes, et, derrière elle, quand il lui avait vidé la poche et détraqué les nerfs, il était plein du secret mépris de l’homme auquel une maîtresse vient de faire la bêtise de se donner. » (p.70)

« Il professait que la femme est sans force contre la réclame, qu’elle finit fatalement par aller au bruit. » (p.214)

Bref, je ne regarderai plus les tissus avec le même oeil maintenant.

L’image que je retiendrai :

Celle des rouleaux de tissus empilés dans la cave et par terre, formant des montages.

Lu sur Liselotte

40 commentaires sur “Au bonheur des dames – Emile ZOLA

      1. je me souviens de ta période Proust, cela m’avait donner envie de m’y remettre
        je pense que ce sera plus facile avec Zola dont j’ai gardé beaucoup de bons souvenirs…

  1. L’un de mes premiers Zola. Pas forcément mon préféré (je préfère ses fins plus dramatiques 😉 ) mais il retranscrit magistralement son époque et le début de cette ère de surconsommation.

    1. Pas lu, celui-ci, mais il est vrai que j’en ai lu peu. Mon préféré, pour le moment, est La Curée.

    1. Oui, pour la photo 😉 Je l’ai lu sur liseuse, et, comme le livre est dans le domaine publique, il n’y avait pas de première de couverture, le roman commençait directement.

  2. une lecture très ancienne pour moi, mais un vrai éblouissement qui m’a porté à lire d’autres Zola, Stendhal et Victor Hugo et que je lis moins aujourd’hui, je compte plutôt m’initier à des classiques anglosaxons, un conseil?

  3. J’aime beaucoup ton résumé 😉 De mémoire, ça reste mon Zola préféré mais probablement parce que la fin est plutôt heureuse. Et aussi parce que les grands magasins, romantique comme je suis, ça me fait rêver. Même si évidemment, comme tu le rappelles, c’est seulement une forme de capitalisme nouvelle !

Laisser un commentaire