Archives de catégorie : Auteurs en V

La disparition de Jim Sullivan – Tanguy VIEL

Minuit, 3 janvier 2017, 160 pages

Présentation de l’éditeur :

Du jour où j’ai décidé d’écrire un roman américain, il fut très vite clair que beaucoup de choses se passeraient à Detroit, Michigan, au volant d’une vieille Dodge, sur les rives des grands lacs. Il fut clair aussi que le personnage principal s’appellerait Dwayne Koster, qu’il enseignerait à l’université, qu’il aurait cinquante ans, qu’il serait divorcé et que Susan, son ex-femme, aurait pour amant un type qu’il détestait.

Mon avis :

Comment vous parler de ce livre ?

Je vais plutôt vous parler de ma lecture : l’auteur est malicieux, qui place des références et des bons mots qui font forcément sourire son lecteur (dont moi).

L’auteur nous présente le roman américain qu’il veut écrire : le choix des noms des personnages, des lieux, du déroulé de l’intrigue, tout en restant très français dans sa démarche.

Et au fait, Jim Sullivan, dans tout ça ? Je ne vous en dis pas plus.

Une histoire intelligente qui m’a fait passer un très bon moment de lecture.

Je ne peux que vous inciter, si ce n’est déjà fait, à lire cet OLNI.

L’image que je retiendrai :

Celle des antiquités dans le coffre de Dwayne, qui vont servir à financer la prochaine campagne électorale de l’ancien président des Etats-Unis.

14 juillet – Eric VUILLARD

Actes Sud Editions, 17 août 2016, 208 pages

Présentation de l’éditeur :

Paris est désormais au peuple. Tout chaviré. Aiguisé. Se baignant aux fontaines. La nuit est tombée. De petits groupes marchent sur les barrières. Ce sont des bandes d’ouvriers, de menuisiers, de tailleurs, gens ordinaires, mais aussi des porte-faix, des sans-emplois, des argotiers, sortis tout droit de leur échoppe ou du port au Bled. Et dans la nuit de la grande ville, il y eut alors une étincelle, cri de mica. L’octroi fut incendié. Puis un autre. Encore un autre. Les barrières brûlaient. Ce qui brûle projette sur ce qui nous entoure un je-ne-sais-quoi de fascinant. On danse autour du monde qui se renverse, le regard se perd dans le feu. Nous sommes de la paille.

Mon avis :

Moi qui ai horreur des accumulations en littérature, on peut dire que j’ai été servi avec ce texte.

Je n’ai pas réussi à entrer dans l’histoire, à me passionner pour tel ou tel individu.

Oui, il y a un travail certain de recherche, mais la mise en forme m’a rebuté.

La fresque créée par l’auteur ne m’a pas parlé.

Tant pis pour moi.

Le tableau – Laurence VENTURI

letableauAlbin Michel, 2 novembre 2016, 205 pages

Présentation de l’éditeur :

Et si, vous aussi, vous découvriez un Modigliani chez vous ? Et si, vous aussi, vous découvriez un Modigliani chez vous ? Impensable ? Délirant ? Et pourtant, c’est l’histoire authentique que Laurence Venturi nous raconte, de l’enquête quasi policière pour faire authentifier le tableau aux bouleversements familiaux, conjugaux, psychologiques qu’entraîne pareille aventure où tous les secrets de famille volent en éclat.

Mon avis :

Des phrases courtes ; un rythme qui ne faiblit jamais ; il m’a fallu plusieurs fois refermer ce roman pour le reprendre plus tard tant je manquais d’air.

Dommage, le propos était intéressant : trouver des preuves que le tableau était bien un vrai Modigliani ; se demander comment il avait atterrit dans la famille.

J’en ai appris plus sur la technique du peintre, et notamment pourquoi les yeux de ses portraits étaient si envoûtant.

Mais trop de clichés ont gâchés ma lecture, surtout celui de la fin où tout le monde rit autour d’une bonne table.

Une lecture sympathique, mais qui ne me marquera pas longtemps.

L’image que je retiendrai :

Celle des éclats de rire de toute la famille après des épisodes un peu tendus. Ca m’a paru too-much.

Je remercie les Editions Albin MIchel pour l’envoi de ce roman.

Nuit de septembre – Angélique VILLENEUVE

nuitdeseptembreGrasset, 9 mars 2016, 160 pages

Présentation de l’éditeur :

« Une nuit, ton fils s’est tué dans sa chambre, au premier étage de votre maison. Au matin à huit heures, avec son père tu l’as trouvé.
Depuis, à voix basse, tu lui parles. Tu lui demandes s’il se souvient.
La mer étale à huit heures du soir, les talus hérissés d’iris, les pierres de la cour tiède sous la peau du pied, les filles dont les yeux sourient, toutes les choses belles et la lande silencieuse.
Tu espères tant qu’il est parti gonflé d’elles. Mais comme tu n’es pas sûre qu’en aide, en ailes, ces choses lui soient venues cette nuit-là, tu les lui donnes par la pensée, la respiration, le murmure. »

Avec une sensibilité vibrante, lumineuse et poétique, Angélique Villeneuve dit l’après : comment exister sans celui dont on respecte silencieusement le choix d’être parti ? Quelle place trouver parmi les vivants et comment leur dire, à travers ce livre, toute la beauté du monde ?

Mon avis :

La narratrice tente de mettre des mots sur le décès brutal de son fils.

Pas de misérabilisme, pas de pleurs, aucune tentative de chercher à savoir pourquoi. Juste des mots sur cette absence que la mère vit jour après jour.

Les arbres sont là pour aider cette mère démunie.

Et puis un jour, elle trouve dans une autre langue comment se dit un parent orphelin de son enfant.

L’image que je retiendrai :

Celle de cette mère qui sent l’absence de son fils au creux de sa hanche, physiquement.

Yuko, Clara, Aifelle, Sylire et Antigone m’ont donné envie de plonger dans ce récit.

D'après une histoire vraie – Delphine de VIGAN

histoire-vraie

JC Lattès, 26 août 2015, 484 pages

Présentation de l’éditeur :

« Ce livre est le récit de ma rencontre avec L.
L. est le cauchemar de tout écrivain. Ou plutôt le genre de personne qu’un écrivain ne devrait jamais croiser.»

Mon avis :

J’aime lire les oeuvres de fiction de cette auteure, ses deux précédentes (auto)-biographies m’ayant déçues.

C’est donc avec plaisir que j’ai retrouvé sa plume efficace, qui maîtrise les codes du genre suspens. Cela se sent, mais qu’à cela ne tienne, le propos de l’écrivain est ailleurs.

Celle-ci interroge les effets de réels dans la narration, pour finir par aborder les « effets de fiction » dans cette même narration.

Mais peu importe que ce soit vrai ou faux, ce qui compte, c’est l’histoire et ce que l’auteure nous dit de la vie, de la société qui nous entoure. Peu importe l’écrivain, seul son texte compte, que la narratrice redécouvre elle-même avec le recul et un point de vue différent.

J’ai aimé le personnage de L. qui, grâce à ses techniques, est capable de produire n’importe quelle sorte de textes crédibles.

L’image que je retiendrai :

Celle du personnage principal descendant dans la cave de sa maison de campagne : le lecteur s’attend à ce qu’on l’enferme dedans….

Une citation :

« (…) de certains mots, de certains regards, on ne guérit pas. Malgré le temps passé, malgré la douceur d’autres mots et d’autres regards. » (p.317)

Temps glaciaires – Fred VARGAS

temps-glaciaires

Lu sur Liselotte

Présentation de l’éditeur :

« Adamsberg attrapa son téléphone, écarta une pile de dossiers et posa les pieds sur sa table, s’inclinant dans son fauteuil. Il avait à peine fermé l’oeil cette nuit, une de ses soeurs ayant contracté une pneumonie, dieu sait comment. La femme du 33 bis ? demanda-t-il. Veines ouvertes dans la baignoire ? Pourquoi tu m’emmerdes avec ça à 9 heures du matin, Bourlin ? D’après les rapports internes, il s’agit d’un suicide avéré. Tu as des doutes ? Adamsberg aimait bien le commissaire Bourlin. Grand mangeur grand fumeur grand buveur, en éruption perpétuelle, vivant à plein régime en rasant les gouffres, dur comme pierre et bouclé comme un jeune agneau, c’était un résistant à respecter, qui serait encore à son poste à cent ans. Le juge Vermillon, le nouveau magistrat zélé, est sur moi comme une tique, dit Bourlin. Tu sais ce que ça fait, les tiques ? ».

Mon avis :
Adamsberg et sa brigade au complet, y compris le chat, tente de résoudre deux suicides qui n’en sont pas.
Sont-ils liés à un drame qui s’est déroulé plus de 10 ans auparavant en Islande ? Ou bien sont-ils en lien avec le groupe de recherche sur Robespierre et la Révolution ?
En plus de cette double énigme, la brigade est partagée entre Adamsberg focalisé sur le drame Islandais parce que cela le démange, et Danglard qui invoque le sacro-saint raisonnement. Mais Adamsberg est un pelleteur de nuages qui privilégie les hommes à la raison.
Cette fois, j’ai aimé découvrir qu’en islandais, ordinateur se dit « tolva » : la sorcière qui compte.
L’image que je retiendrai :
Celle de l’esprit puissant sur cette petite islandaise perdue, qui donne et qui reprend.

Hyenae – Gilles VINCENT

hyenae

 

Jigal, 16 février 2015, 216 pages

Résumé de l’éditeur :

Dans les quartiers, les campagnes, aux abords des écoles, des fêtes foraines, des prédateurs rôdent, chassent et emportent nos enfants. Quatre ans que Camille a disparu. À la sortie de l’école, elle est montée dans une camionnette blanche, et puis plus rien. Quatre ans sans nouvelles, sans demande de rançon, sans la moindre piste. Et brusquement, une vidéo surgie de nulle part.

Depuis quatre ans, Sébastien Touraine, détective privé, s’est coupé du monde. Depuis que cette gamine a été enlevée à Marseille. Depuis qu’il sait qu’elle n’est pas la seule…

Pour aider la commissaire Aïcha Sadia, sa compagne, il va devoir replonger dans une enquête aux confins du supportable. Et pour débusquer le chasseur dont il est devenu la proie, plus d’autre choix que de jouer sa vie et celle des autres…

Mon avis :

Le sujet est intéressant, et l’auteur va même plus loin que d’autres dans l’horreur infligé aux enfants.

Oui mais voilà, je n’ai pas du tout accroché au style. Même les promenades dans les rues de Marseille ne m’ont pas passionnées.

C’est brouillon, c’est répétitif dans le propos, c’est exagéré : les personnages en font trop pour être crédibles à mes yeux.

Yv, Oncle Paul et DBLO avaient pourtant adorés.

L’image que je retiendrai  (attention divulgâchion) :

Celle des lits des trois filles dont les têtes pointent les unes vers les autres et dont les doudous regardent le même poster de Harry Potter.