Archives de catégorie : Auteurs en W

La doublure – Meg WOLITZER

Ce roman pourrait être un roman sur le difficile métier d’écrivain, ou plutôt de femme d’écrivains.

Mais il est, pour moi, un roman sur le couple.

La narratrice accompagne son mari pour la remise de son Prix à Helsinki récompensant l’ensemble de son oeuvre littéraire. Dans l’avion, puis lors de la remise du Prix et de la réception, elle nous raconte sa rencontre avec ce professeur de littérature qui deviendra son mari.

Elle nous parle de ses choix de femme : élever ses enfants, accompagner son mari (même dans ses démarches les plus extravagantes pour ses recherches littéraires).

Mais, au fil des pages, et en regardant le titre, on se doute que Joan ne nous dit pas toute la vérité sur les vrais rapports dans son couple.

J’ai aimé retrouver le récipient en verre plein de bonbons à la menthe ; les livres jamais lus qui se retrouvent chez le bouquiniste.

J’ai moins goûté la présence des noix et autres noisettes que Joe mange à tout bout de champ.

L’image que je retiendrai :

Celle de Joan demandant à la reine de Finlande si elle aime sa vie….

Mercis à Kathel, Clara et Cathulu pour cette idée de lecture.

Rue Fromentin Editions, 21 janvier 2016, 250 pages

 

L’année sans été – Gillen D’Arcy WOOD

lanneesanseteLu sur Liselotte

Présentation de l’éditeur :

Un an après Waterloo, en 1816, le monde est frappé par une catastrophe restée dans les mémoires comme l' » année sans été  » ou l' » année du mendiant « … Une misère effroyable s’abat sur l’Europe. Des flots de paysans faméliques, en haillons, abandonnent leurs champs, où les pommes de terre pourrissent, où le blé ne pousse plus.

Que s’est-il passé ? En avril 1815, près de Java, l’éruption cataclysmique du volcan Tambora a projeté dans la stratosphère un voile de poussière qui va filtrer le rayonnement solaire plusieurs années durant. Ignoré des livres d’histoire, ce bouleversement climatique fait des millions de morts. On lui doit aussi de profondes mutations culturelles, dont témoignent les ciels peints par Turner, chargés de poussière volcanique, ou le Frankenstein de Mary Shelley.

L’auteur nous invite à un véritable tour du monde. Au Yunnan, les paysans meurent de faim, vendent leurs enfants et se lancent dans la culture du pavot à opium, moins sensible que le riz aux variations climatiques.

Dans le golfe du Bengale, l’absence de mousson entraîne une mutation redoutable du germe du choléra, dont l’épidémie gagne Moscou, Paris et la Nouvelle-Angleterre. L’Irlande connaît une effroyable famine, suivie d’une épidémie de typhus, qui laisse de marbre le gouvernement britannique. En Suisse, des glaciers avancent avant de fondre brutalement, détruisant des vallées entières. Aux États-Unis, des récoltes misérables provoquent la première grande crise économique, etc.

Ce livre, qui fait le tour d’un événement à l’échelle planétaire, sonne aussi comme un avertissement : ce changement climatique meurtrier n’a pourtant été que de 2° C…

Mon avis :

J’avais entendu dire que le Frankenstein de Mary Shelley avait été écrit suite à un été sombre. J’ai découvert en lisant ce livre que le fameux été avait duré 3 ans de suite et qu’il avait produit bien plus qu’un chef d’oeuvre de la littérature.

Du volcan, je ne connaissais rien, même pas son nom (et pourtant, j’avais entendu parler du Krakatau). C’est l’année du bicentenaire de son réveille.

Même les fermiers américains ont été touchés, ce qui a créé la première crise économique mondiale (bien avant le Jeudi Noir). Sans oublier les agriculteurs irlandais avant la maladie de la pomme de terre.

De même qu’au Yunnan, en Chine, les agriculteurs sont passés de la culture de subsistance des céréales, à la culture de rapport de l’opium, plus rentable.

L’auteur fait le lien entre l’éruption du Tambora et l’éruption de Santorin en 1628 av. J.C. qui avait précédé la chute de la civilisation minoenne, la légende de l’Atlantide et l’exode des Hébreux hors d’Egypte (p.59).

Une lecture enrichissante.

L’image que je retiendrai :

L’auteur semble partir de l’éruption du Tombora, mais il ne nous parle que du roman de Mary Shelley. Habile.

Je remercie les éditions La Découverte, ainsi que Net Galley pour l’envoi de cet essai passionnant.  

Pike – Benjamin WHITMER

pike

Editions Gallmeister, Néonoir, 5 mars 2015, 288 pages

Présentation de l’éditeur :

Ça fait un moment que Douglas Pike n’a plus grand-chose à voir avec le truand qu’il était autrefois. De retour dans sa ville natale des Appalaches, il vit de petits boulots et tente de combattre ses démons du mieux qu’il peut.

Jusqu’au jour où il apprend que sa fille, depuis longtemps perdue de vue, vient de mourir d’une overdose. Et où il découvre par la même occasion l’existence de sa petite-fille. Le voilà avec une gamine de douze ans sur les bras, et il va bien falloir s’en occuper. D’autant qu’un flic brutal et véreux manifeste un intérêt malsain pour la fillette.

Mon avis :

Un western au milieu des camés du 21e siècle : bienvenue dans l’univers de Pike, là où le sable du désert a été remplacé par la neige fondue et noire.

Ca picole sec, les armes à feu sont le prolongement naturel des mains, et la libido n’est jamais loin. Les personnages sont sales et se fichent de tout.

Ca se termine en apothéose comme tout bon western qui se respect, celui qui a dégainé le premier a gagné.

Une image de l’Amérique loin de l’image idyllique véhiculée par les médias.

C’est noir, c’est dur, c’est la vie.

L’image que je retiendrai :

Celle des maisons toutes de guingois dans les quartiers résidentiels pauvres.

Il était une fois Morris Jones – Ran WALKER

morris-jones

Autrement, 1 avril 2015, 272 pages

Résumé de l’éditeur :

Dans la petite ville d’Oak Bull, personne n’a oublié Morris Jones mais, en vérité, le bluesman n’est plus qu’une gloire ancienne, auteur d’un titre popularisé par un groupe britannique. Assis à l’ombre de sa véranda, il traîne une vieille blessure : il n’a pas connu son fils.

C’est d’abord Coltrane Washington, écrivain en mal d’inspiration, qui est dépêché à sa porte par un journal pour recueillir l’histoire de cette légende vieillissante. Arrive ensuite Jason Cobbs, un adolescent qui a perdu ses parents. Ignorant tout du blues, ces deux jeunes hommes y trouveront de quoi se confronter à leurs démons.

En évoquant ce passé que tous n’ont pas vécu mais dont chacun cherche la trace, ce roman plein de tendresse place en son coeur l’identité noire ­américaine…

Mon avis :

Cette lecture m’a offert une plongée dans le Blues et dans le Mississippi, celui qui se laisse vivre, loin de la fureur New-Yorkaise.

Au fil de pages, j’ai découvert un bluesman comme on n’en fait plus, attaché à sa ville et à sa musique, mais le coeur sur la main. Un vieil homme capable de faire découvrir les joies de la guitare et de la musique blues à un adolescent mal dans sa peau.

Un vieil homme capable de se faire aimer d’un écrivain à succès.

Et puis, dans la troisième partie, un homme, orphelin de père, qui apprend sa mort et qui décide de partir à son enterrement.

Un roman bouleversant, j’ai eu des poissons d’eau dans les yeux à la fin du roman.

Une playlist des meilleurs morceaux de blues selon l’auteur en fin de volume.

L’image que je retiendrai :

Celle du radio-réveil qui affiche 2 heure 30 chaque nuit, à chaque réveil des trois protagonistes.

Cry father – Benjamin WHITMER

cry-father

Gallmeister, 26 mars 2015, 320 pages

Résumé de l’éditeur :

Depuis qu’il a perdu son fils, Patterson Wells parcourt les zones sinistrées de l’Amérique. Le reste du temps, il se réfugie dans sa cabane perdue près de Denver. Là, il boit et tente d’oublier le poids des souvenirs ou la bagarre de la veille dans un bar.

Mais ses rêves de sérénité vont se volatiliser lorsqu’il fera la rencontre du fils de son meilleur ami, Junior, un dealer avec un penchant certain pour la bagarre. Les deux hommes vont se prendre d’amitié l’un pour l’autre et être peu à peu entraînés dans une spirale de violence.

Mon avis :

Un auteur que je découvre avec cette nouvelle collection Néonoir de Gallmeister. Un auteur qui avait déjà fait très fort, paraît-il, avec son précédent ouvrage « Pike« .

La narration est hachée, dans ces pages. Peut-on même parler de narration tant le propos est décousu. L’auteur procède par touches et courts chapitres. Ne cherchez pas de liens logiques, il n’y en a pas.

Et c’est là que l’auteur est noir : il nous décrit une Amérique des campagnes qui vit sans logique et sans ordre. Des personnes qui vivotent de petits larcins et de grosses bitures entre deux coups de poings ou deux coups de feu.

Les seuls à tirer leur épingle du jeu sont bien sûr les bars, que l’auteur nous décrit à l’envie (comprenez que j’ai passé ces passages-çi en avance rapide).

Sans oublier le prédicateur radiophonique qui dénonce les moults complots du gouvernement, même les plus abracadabrantesques.

L’auteur s’interroge bien sûr sur la paternité, mais il nous donne à voir avant tout un pays ravagé par la drogue et l’alcool. C’est noir, très noir.

L’image que je retiendrai :

Celle de Paterson expliquant qu’après le passage de l’ouragan Katrina à la Nouvelle-Orléans, les premiers à rouvrir leurs portes, avant même le déblaiement de la ville, ont été les bars.