Cent portes battant aux quatre vents – Steinunn SIGURDARDOTTIR

cent-portes10X18, 24 juin 2015, 144 pages

Présentation de l’éditeur :

Plus de vingt ans se sont déroulés depuis que Brynhildur a quitté Paris où elle a été étudiante à la Sorbonne. Mais un court séjour dans la capitale ainsi qu’une aventure inattendue et sans lendemain la projettent malgré elle face à ses souvenirs de jeunesse, parmi lesquels, celui du grand amour à côté duquel elle est passée.

Pourquoi ne saisit-on pas le bonheur lorsqu’il passe ? Pourquoi tous ces tourments et ces attirances non réciproques ?

Mon avis :

Une chronique douce-amer d’une vie de femme : sa passion pour son professeur de grec de la Sorbonne ; son mari, ses deux filles et ses gendres avec lesquels elle ne s’entend pas ; son aventure d’une après-midi avec le vendeur de paravents.

L’auteure pose la question de l’amour : savons-nous le saisir quand il est à notre portée ? Qu’attendons-nous de lui ? Qu’est-ce que les autres attendent de nous ?

L’auteure parsème également son texte de jolis jeux avec les mots.

Une lecture intelligente le temps d’un après-midi.

L’image que je retiendrai :

Celle des courtes-pointes exotiques sous lesquels le personnage principal aime se glisser.

18 réflexions au sujet de « Cent portes battant aux quatre vents – Steinunn SIGURDARDOTTIR »

    1. Alex-Mot-a-Mots Auteur de l’article

      Oui, elle parle très bien français et écrit aussi de la poésie. Une très belle langue dans ce court roman.

      Répondre
  1. leranchsansnom

    Une pointe d’exotisme en terre islandaise. Un roman d’amour qui réchaufferait de ses sources volcaniques au milieu des glaces

    Répondre
    1. Alex-Mot-a-Mots Auteur de l’article

      Oui, même si l’action se déroule à Paris, l’auteure est islandaise est a emporté un peu de son pays dans ces pages.

      Répondre
    1. Alex-Mot-a-Mots Auteur de l’article

      Alors ce court roman devrait te plaire, et pour l’histoire et pour le prénom.

      Répondre
  2. valmleslivres

    j’ai lu un roman d’elle, je me souviens d’une couverture verte magnifique mais plus du tout de l’intrigue.

    Répondre

Laisser un commentaire