Ces rêves qu’on piétine – Sébastien SPITZER

Un premier roman à la fois maîtrisé, passionnant et très riche.

J’ai aimé le style, pourtant sans fioriture, des phrases sèches, courtes, comme pour dire l’urgence.

J’ai aimé l’urgence de Feda, sa volonté de vivre malgré les expériences commises sur elle.

J’ai aimé le silence d’Ava et son attention à la besace dans laquelle se trouve la mémoire des camps.

J’ai aimé découvrir l’enfance de Magda, née Marie-Madeleine, ambitieuse prête à tout pour ne pas retourner dans la misère. J’ai aimé son regard sans concession sur les occupants du bunker.

Même les personnages secondaires sont brossés intelligemment : Lee-Meyer et Gary en pleins, Adolf et Joseph en creux.

Et puis le grand absent, celui toujours caché : le père de Magda.

Un roman très documenté qui n’est jamais pontifiant, mais qui remet à hauteur d’hommes, et surtout de femmes, l’Histoire en marche.

L’image que je retiendrai :

Celle du bunker dans lequel sont enfermés les derniers caciques du régime qui se meurt sous les bombes.

Les éditions de l’observatoire, 23 août 2017, 304 pages

Fournisseur officiel : Librairie de Paris

29 commentaires sur “Ces rêves qu’on piétine – Sébastien SPITZER

  1. Je le lirai sans doute mais je n’en fait pas une priorité. Avec ce genre de sujet, je sais qu’il faut que je choisisse le bon moment.

Laisser un commentaire