Chanson douce – Leïla SLIMANI

Pas de mystère, on sait dès les premières lignes que la nounou a tué les enfants. Reste à découvrir, au long des 180 pages comment et pourquoi le drame se met en place.

Un coup moderne parisien : monsieur n’a pas d’horaire et madame, qui recommence à travailler, privilégie sa carrière.

Et puis la nounou est efficace : elle récure tout du sol au plafond, mitonne des petits plats, et les enfants l’adorent.

Mais petit à petit, la nounou installe son emprise sur l’appartement. Le couple s’en rend compte, mais leur tranquillité d’esprit et leur confort de vie ont raison de leur méfiance.

Et puis, au fil des chapitres, on découvre le passé de la nounou, à peine brossé, mais très révélateur.

Le style est sec et sans fioritures, et la psychologie à peine esquissée. Je ne peux donc pas dire que ce Prix Goncourt me restera en mémoire pour sa langue et son histoire.

Néanmoins, j’ai passé un bon moment de lecture.

L’image que je retiendrai :

Celle des chaussures de la nounou, qu’elle astique consciencieusement.

Lu sur Liselotte

34 commentaires sur “Chanson douce – Leïla SLIMANI

  1. J’ai aimé ce livre, sans plus, mais je l’ai apprécié.
    Mais depuis qu’il a reçu le Goncourt c’est une véritable invasion, ça me donne la nausée. Pourtant le livre est bon, mérite-t-il le prix ? Je ne sais pas.

  2. je te rejoins ! J’ai vraiment beaucoup aimé mais comme un bon thriller psychologique -et comme il en existe tant d’autres! Est-ce que ça valait un Goncourt? Je ne pense pas!

  3. Ah il peut peut-être me plaire celui là.
    Je crois qu’après avoir lu ce roman on ne voit plus les nounous de la même manière lol

    Pour les éditions Palémon avant cette masse critique je ne les connaissais pas du tout. Par contre j’ai été voir et ils ont des livres assez intéressants je trouve 🙂

  4. J’ai tellement entendu parler de ce roman, il faudra bien que je le lise!
    Je préfère les styles littéraires plus poétiques que secs mais je suis quand même curieuse…
    Bon weekend à toi Alex

Laisser un commentaire