Dans la forêt – Jean HEGLAND

Le nature-writting ce n’est pas mon truc, ni les romans post-apocalyptique, d’habitude. Pourtant, cette lecture a été un coup de coeur.

Dans une maison californienne située à l’orée d’un bois, deux jeunes filles et leur papa tentent d’organiser leur vie sans électricité (elle a disparu peu à peu), puis sans pétrole (il n’y en a plus non plus). Coupés du monde, le père garde pourtant espoir que la vie reprendra son cours.

Mais tout ne se passe pas tout à fait comme prévu.

Si Eva aime danser et ne pense qu’à ça, Nell prépare son examen d’entrée à Harvard. Mais la nécessité de manger les pousse à cultiver le potager et le verger, à faire des bocaux pour l’hiver.

Ce roman pourrait paraître ennuyeux, mais il n’en est rien, car il y a toujours une nouvelle difficulté qui attend les personnages.

Petit à petit, l’atmosphère devient plus lourde, la situation plus désespérée. Sans oublier les cauchemars de Nell.

J’ai aimé le mantra de la mère qui poursuit encore les filles longtemps après : « ta vie t’appartient« .

J’ai aimé Eva qui danse, encore et toujours, malgré les deuils et sans musique.

J’ai aimé l’ingéniosité dont les filles font preuve pour survivre, leur lien à la nature qui se tisse peu à peu, mais aussi leurs coups de blues.

Une lecture marquante. Un coup de coeur.

L’image que je retiendrai :

Celle des plantes médicinales que Nell apprend à connaître pour soigner sa soeur.

Quelques citations :

J’avais appris que l’envol et le frisson valaient la peine d’avoir eu peur. (p.62)

Tout ce qui nous menace, ce sont les souvenirs, tout ce qui me fait souffrir, ce sont les regrets. (p.68)

Mais que je le touche ou que je m’enfuie, que je rêve ou que je sois éveillée, le jour de son anniversaire ou n’importe quel autre jour, ma vie entière est contaminée par le fait qu’il est mort. (p.97)

Lu sur Liselotte

47 réflexions au sujet de « Dans la forêt – Jean HEGLAND »

  1. Eve-Yeshé

    d’habitude, c’est pas trop mon truc non plus mais prendre des risques de temps en temps pour faire un peu le vide dans la tête c’est bien aussi.
    je le note…

    Répondre
  2. Syl.

    Il n’y a pas eu un film ? et à la place des deux filles, des garçons ? je ne sais pas…
    Mais je note ++ car c’est drôlement captivant ce que tu dis !

    Répondre
    1. Alex-Mot-a-Mots Auteur de l’article

      Tu confonds avec La route de McCarthy sur le même thème et qui a été adapté au cinéma. Celui-ci vient de paraître.

      Répondre
  3. manue

    Heu c’est quoi le nature-writting ??
    En tout cas si ce livre t’a tout de même plu c’est l’essentiel !!

    Pour l’effet domino en effet c’est très approfondis, si tu aimes ce genre de roman alors je te le conseille vraiment… par contre si tu n’aime pas bah vraiment ne le lis pas

    Répondre
    1. Alex-Mot-a-Mots Auteur de l’article

      Il ne me reste plus qu’à lire Station eleven, alors. As-tu lu La route sur le même sujet ?

      Répondre
  4. La chèvre grise

    Il est sur ma table de nuit, j’attends juste de me détacher de ma lecture récente de « Station Eleven ». Comme toi, le nature writing n’est pas trop mon truc, a priori. Alors ton avis me rassure !

    Répondre
  5. le livre-vie

    C’est une maison d’édition que j’aime bien, mais je suis passée à côté de celui-ci, alors que le post-apo est un genre que j’aime bien. Merci de la découverte!

    Répondre
  6. Nad

    Je suis vraiment ravie de lire ton avis Alex. D’autant plus que le nature-writting et les romans post-apocalyptique j’adore!!!!
    Bisous et bon weekend à toi

    Répondre
    1. Alex-Mot-a-Mots Auteur de l’article

      Je n’aime pas particulièrement ces genres, et pourtant, ce roman m’a conquise.

      Répondre
  7. Ping : Station eleven – Emily St JOHN MANDEL | Mot-à-Mots

Laisser un commentaire