Des fleurs pour Algernon – Daniel KEYES

fleurs-algernonFlammarion – Tribal, 12 janvier 2011, 443 pages

Présentation de l’éditeur :

Algernon est une souris dont le traitement du Pr Nemur et du Dr Strauss vient de décupler l’intelligence. Enhardis par cette réussite, les savants tentent, avec l’assistance de la psychologue Alice Kinnian, d’appliquer leur découverte à Charlie Gordon, un simple d’esprit.

C’est bientôt l’extraordinaire éveil de l’intelligence pour le jeune homme. Il découvre un monde dont il avait toujours été exclu, et l’amour qui naît entre Alice et lui achève de le métamorphoser. Mais un jour, les facultés supérieures d’Algernon commencent à décliner…

Mon avis :

Je n’ai pas boudé mon plaisir d’une belle lecture avec ce roman jeunesse.

Il fait réfléchir sur la notion d’intelligence, de respect de la personne et de la place du cobaye dans une expérience scientifique.

Malgré tout, il reste très manichéen. Certaines scènes érotiques me le ferait conseillé pour les plus grands ados.

L’image que je retiendrai :

Celle de la souris Algernon dans ses labyrinthes de plus en plus perfectionnés, puis de moins en moins.

20 commentaires sur “Des fleurs pour Algernon – Daniel KEYES

  1. j’ai adoré ce livre et il m’émeut toujours autant… car mine de rien il pose les vraies questions…
    l’expérience Google pour allonger la durée de vie avec la manipulation de l’ADN…
    cf. « La révolution transhumaniste » dernier opus de Luc Ferry que je vais essayer de lire car ce sujet me préoccupe et je me battrais pour que cela n’arrive jamais

  2. J’ai hésiter à l’acheter celui là mais finalement je l’ai pas pris. Je suis contre les tests sur les animaux et tout et je pense que ça m’aurait trop touchée et que je n’aurais pas été objective…

    Pour « A vos haines très ordinaires » tu l’as lu aussi ? j’ai eu comme toi la sensation que l’histoire n’était pas finie et l’envie de savoir ce qu’était devenue certains personnages…

  3. J’avais été très étonnée de le voir publié en roman jeunesse à Montreuil. J’ai lu ce livre il y a des années, alors édité chez « J’ai lu ». Lecture marquante.

Laisser un commentaire