En cheveux – Emmanuelle PAGANO

en-cheveux

Editions Invenit, 14 novembre 2014, 76 pages

Présentation de l’éditeur :

Un châle, à première vue commun s’il n’était constitué de fils de Pinna nobilis, la grande nacre de Méditerranée. Lorsqu’elle retrouve l’objet précieusement conservé dans les réserves du musée, les souvenirs reviennent à la narratrice.

Se déploie, pli après pli, une histoire familiale dans l’Italie fasciste, dont les fragiles fils tissés de la nacre forment la trame. Un frère autoritaire et machiste, ses deux soeurs Nella et Bice protégeant le châle comme objet totémique soustrait à la vue de l’homme, la nature et ses odeurs, ses lumières, sont la matière de ce récit sensuel et incarné.

Mon avis :

Voici le portrait d’une femme indépendante dans l’Italie fasciste, refusant de se marier, préférant marcher aux alentours de la propriété familiale. Refusant de s’habiller et de paraître en société, préférant les bains dans le lac, nue sous la lune. Refusant d’attacher ses cheveux comme le lui demande son frère.

Voici l’histoire d’une guerre larvée entre un frère et sa petite soeur qui s’adoraient étant enfants mais que l’âge adulte et les conventions sociales ont séparées.

Un bémol toutefois. Le point de départ est ce fameux châle que le père d la narratrice cache au fond d’une malle pour ne pas que sa soeur cadette le trouve ni le vende. Or, il en est très peu question tout au long du récit. Il n’est que le symbole matériel de la désunion du frère et de la soeur.

L’image que je retiendrai :

Celle du châle de soie de mer, exposé au tout nouveau Musée des Confluences à Lyon.

chale-soiedemer

Merci Zazy pour ce livre voyageur et la découverte de cette collection. Son article ici.

21 réflexions au sujet de « En cheveux – Emmanuelle PAGANO »

  1. hillerhodan

    Pinna nobilis, jamais entendu ça, ben vi ch’peux pas tout savoir, sinon je serais dans le formol. Mais en cherchant j’ai aussi trouvé que ce coquillage pouvait aussi s’appeler jambonneau hérissé.
    Bises du samedi Alex

    Répondre
  2. lorouge

    De la soie de mer ?? Je ne connaissais pas du tout… Voilà (encore) une auteure que j’ai envie de découvrir depuis une éternité, voudrais vraiment que je m’y mette ;0) Mais 76 pages, est ce vraiment raisonnable ?!! Tout juste le temps de s’attacher aux personnages pour déjà devoir les quitter… Bon dimanche Alex

    Répondre

Laisser un commentaire