Etta et Otto (et Russell et James) – Emma HOOPER

etta-et-ottoLes escales éditions, 22 octobre 2015, 432 pages

Présentation de l’éditeur :

Dans sa ferme du fin fond du Saskatchewan, Etta, quatre-vingt-trois ans, n’a jamais vu l’océan. Un matin, elle enfile ses bottes, emporte un fusil et du chocolat, et entame les trois mille deux cent trente-deux kilomètres qui la séparent de la mer.

 » J’essaierai de ne pas oublier de renter.  » C’est le mot qu’elle laisse à Otto, son mari. Lui a déjà vu l’océan, il l’a même traversé des années plus tôt, pour prendre part à une guerre lointaine. Il comprend la décision de sa femme mais, maintenant qu’elle n’est plus là, il ne sait plus comment vivre.

Russell, l’ami d’enfance d’Otto, a passé sa vie à aimer Etta de loin. Il ne peut se résoudre à la laisser seule et part à sa suite. Et qui sait, peut-être pourra-t-il chasser le caribou en chemin.

Mon avis :

Après des avis dithyrambiques sur ce roman, je me jette à l’eau. Et je peux dire que je n’ai pas aimée autant que les autres lecteurs.

D’abord j’ai trouvé la narration brouillonne : Russell part mais finalement atterrit ailleurs on ne sait pas trop où ; la journaliste qui arrive comme un cheveu sur la soupe, puis qui réapparait.

L’eau, rappelée inlassablement, tout le temps et à tout propos. Mais ce procédé n’a pas suffit à me faire sentir le flux et le reflux des vagues. J’ai plutôt eu l’impression de me noyer. Sensation désagréable.

Une rencontre qui n’a pas eut lieu en ce qui me concerne.

L’image que je retiendrai :

Celle de la poussière qui fait mourir le premier instituteur et qu’Otto transporte encore à la guerre.

6 réflexions au sujet de « Etta et Otto (et Russell et James) – Emma HOOPER »

  1. jostein59

    J’aime bien quand les personnages se dévoilent au fil du récit de leur passé. J’avoue que le coup de la journaliste est un peu étrange mais je suppose que l’exploit ( aussi assez incroyable) de cette vieille dame intrigue les médias. Il y a une petite part d’invraisemblable dans ce livre, notamment avec Russel. C’est un peu ce qui fait son charme.
    Bon, ce n’est pas non plus le livre de l’année

    Répondre

Laisser un commentaire