Illska – Eirikur Orn NORDDHAL

ilska

Editions Métaillié, 20 août 2015, 608 pages

Présentation de l’éditeur :

Événement dans l’histoire mondiale : Agnes et Omar se rencontrent par un dimanche matin glacial dans la queue des taxis au centre-ville de Reykjavik. Agnes rencontre aussi Arnor, un néonazi cultivé, pour sa thèse sur l’extrême droite contemporaine. Trois ans, un enfant et une crise de jalousie plus tard, Omar brûle entièrement leur maison et quitte le pays.

L’histoire commence en réalité bien avant, au cours de l’été 1941, quand les Einsatzgruppen, aidés par la population locale, massacrent tous les Juifs de la petite ville lituanienne de Jurbarkas. Deux arrière-grands-pères d’Agnes sont pris dans la tourmente – l’un d’eux tue l’autre-et, trois générations plus tard, Agnes est obsédée par le sujet.

lllska parle de l’Holocauste et d’amour, d’Islande et de Lituanie, d’Agnes qui se perd en elle-même, d’Agnes qui ne sait pas qui est le père de son enfant, d’Agnes qui aime Omar qui aime Agnes qui aime Arnor.

Mon avis :

coup-de-coeur

Quel roman que celui-là ; quelle plongée il nous propose dans le monde moderne et sa folie !

Il nous propose bien sûr une réflexion sur le racisme actuel ; sur les parties d’extrême droite en Europe et comment ils s’habillent de frais ; sur la révolution des casseroles en Islande ; sur le couple et la place de l’enfant.

Mais c’est aussi un roman sur la dérive d’un homme, Omar : hacker à la petite semaine, violeur par inadvertance, pyromane sur un coup de colère. Un homme qui doute de lui, toujours, tout le temps. Je me suis attachée à cet homme déboussolé et sans repère, si ce n’est son amour extraordinaire pour Agnes et son fils, lui pardonnant tout et se rendant lui-même sur les traces du passé de sa femme.

Mais c’est avant tout un roman sur le silence : celui qui ne dit pas les exécutions sommaires des Juifs en Lituanie ; celui des points de suspension dans les dialogues entre les personnages ; celui qui règne entre Omar et Agnes.

Une lecture qui m’a toutefois mise mal à l’aise dans les premières pages, mais dont j’ai aimé la construction, les différentes voix qui se chevauchent.

Et le personnage d’Arnor, si attachant, finalement. Le coeur sur la main, cet homme…..

Un grand roman !

L’image que je retiendrai :

Celle des pensées de Snorri depuis sa naissance jusqu’à la fin du roman : un bébé qui nous raconte son monde et ses avancées en grandissant.

34 réflexions au sujet de « Illska – Eirikur Orn NORDDHAL »

  1. aifelle

    C’est un roman qui interpelle. J’ai été plus intéressée par l’histoire des grands-parents en LIthuanie que par Omar, Agnès et Arnor. On ne le voit pas beaucoup sur les blogs, c’est dommage.

    Répondre
  2. eveyeshe

    celui-ci il est pour moi sans l’ombre d’une hésitation… le thème me plaît, surfant sur le nazisme, le néonazisme, l’identité peut-être aussi… si j’ai bien compris. dans ma PAL illico
    j’ai commencé à m’intéresser à l’Islande( et à la littérature islandaise par ricochet et les pays nordiques par voie de conséquence) avec Indridason et j’ai continué avec Audur Ava Olafsdottir car coup de foudre pour ce pays que je ne connaissais pas

    Répondre
  3. Moglug

    J’en avais eu des échos mitigés même si la présentation de l’éditeur me faisait bien envie. Tu le remontes dans ma liste de pense-bêtes ! 😉

    Répondre
    1. alexmotamots Auteur de l’article

      Le nombre de pages doit faire peur. J’avoue que j’ai franchement hésité avant de l’ouvrir, et que je me suis accrochée les 100 premières pages.

      Répondre
  4. leranchsansnom

    Du coup, moi je le retiens, autant pour le viol par inadvertance que pour la dérive d’un homme. Tout à fait mon genre. En plus les éditions Métaillé, même si je connais plus leur face sud-américaine.

    Répondre
  5. lorouge

    Un titre qui m’intriguait déjà depuis sa sortie mais j’étais freinée par son nombre de page (encore un pavé ;0) Mais tu semble tellement conquise que je vais le surligner ;0) Et hop, dans vos billets tentateurs, bon dimanche Alex

    Répondre

Laisser un commentaire