« Je me promets d’éclatantes revanches » – Valentine GOBY

Je découvre avec ce texte Mme Charlotte Delbo, une femme engagée, déportée à Auschwitz puis Buchenwald. Son décès d’un cancer des poumons.

J’ai aimé l’analyse de Valentine Goby sur l’écriture de Charlotte : non pas pour dire l’expérience des camps, mais comme un hymne à la vie. Une écriture poétique qui dit la faim, fait sentir la soif.

Lecteurs, nous savons tout ce que nous apporte un texte littéraire fort ; l’auteure nous éclaire ici sur ce qu’apporte l’écriture en elle-même.

Un texte fort, à part, un livre-hérisson. Une merveille de cette rentrée littéraire.

Quelques citations :

« Lire a été non une quête d’exotisme mais une entreprise d’excavation : la révélation de ce qui me relie intimement au monde ; me coule dans sa respiration ; me fait une semblable. » (p.41)

« Je savais que j’oublierais puisque c’est oublier que continuer à respirer. » (p.64)

« Là-bas, j’ai été sûre qu’une langue n’est pas ajustable à toute réalité. » (p.78)

« je suis Charlotte Delbo, je suis vivante et j’aime ça. » (p.110)

A propos des camps : « On ne revient pas meilleur. On n’est augmenté que d’effroi. La déportation est une perte sèche. » (p.158)

L’Iconoclaste, 30 août 2017, 178 pages

21 réflexions au sujet de « « Je me promets d’éclatantes revanches » – Valentine GOBY »

  1. Florinette

    J’aime beaucoup cet auteur que j’avais découvert avec son premier roman « La note sensible » et avec « L’échappée » dans lequel elle m’était en avant le courage de ces femmes tondues durant la libération ! J’en prends note. Merci Alex et bonne fin de journée, bisous

    Répondre
    1. Alex-Mot-a-Mots Auteur de l’article

      J’avais beaucoup aimé Kinderzimmer, moins Un paquebot dans les arbres. Celui-ci est totalement différent, et magnifique.

      Répondre
  2. eimelle

    j’aime beaucoup les textes de Charlotte Delbo, tout comme la plume de Valentine Goby, il est donc dans ma liste d’envies!

    Répondre

Laisser un commentaire