La chaise numéro 14 – Fabienne JUHEL

chaise14

Editions du Rouergue, 4 mars 2015, 279 pages

Présentation de l’éditeur :

À la fin de la seconde guerre mondiale, à Saint-Brieuc, la jeune Maria Salaun est tondue par son ami d’enfance, Antoine, pour avoir vécu une histoire d’amour avec un officier allemand. Le commando de maquisards, débarquant dans une Jeep de l’armée américaine, impose à la jeune fille l’humiliation publique, en l’asseyant sur une chaise de bistrot, dans la cour de l’auberge de son père, devant la foule friande de spectacle.

Maria n’oppose aucune résistance, sauf celle de se présenter devant eux pieds nus, dans une robe de mousseline blanche, sa flamboyante chevelure rousse déployée. Sans pleurer ni baisser les yeux, elle se laisse tondre. Mais la honte va bientôt passer dans l’autre camp. Six noms sont sur sa liste…

Mon avis :

Entrer dans un livre de Fabienne Juhel, c’est accepter de se laisser porter par son univers à part, et pourtant encré dans la réalité.

Sous sa plume, elle fait la part belle à la nature : les animaux sont très présents, notamment les oiseaux, mais aussi les couleurs et les sons de la forêt. (Le renard fait même quelques apparitions dans ces pages).

De couleurs, il en est beaucoup question avec la chevelure rousse de Maria, souvent comparée à un être vivant.

Et puis il ne faut pas oublier la fameuse chaise qui la suit partout, comme une armure. Armure aussi la robe de fiançailles de sa défunte mère. Mais je ne vous en dis pas plus.

Cette lecture, en plus d’être une réflexion sur la folie guerrière est également un enchantement pour les sens.

L’image que je retiendrai :

Celle des cheveux roux de Maria qui tombent en mèche sur le sol, mais la jeune fille est déterminée.

28 réflexions au sujet de « La chaise numéro 14 – Fabienne JUHEL »

  1. Oncle Paul

    Cette histoire me fait penser au début du roman de Pascal Garnier, Parenthèses. Un livre fort dont le début est également la tonte de cheveux de trois jeunes filles qui ont couché avec l’occupant Allemand pour des raisons qui leur sont propres.

    Répondre
  2. lorouge

    Encore une auteure que je me promets de découvrir depuis fort (trop) longtemps !! Et je suis d’accord avec toi ; les éditions du Rouergue sont vraiment des éditions à connaître !

    Répondre

Laisser un commentaire