La douleur porte un costume de plumes – Max PORTER

ladouleurporteSeuil, 14 janvier 2016, 121 pages

Présentation de l’éditeur :

Une mère meurt. Elle laisse derrière elle deux petits garçons et leur père ravagés de chagrin. Surgit un soir dans leur appartement londonien un étrange personnage : un corbeau, doué non seulement de parole mais d’une verve enfiévrée, d’une audace surprenante et d’un sens de l’humour ravageur.

Qu’il soit chimère ou bien réel, cet oiseau de malheur s’est donné une mission : accompagner les trois âmes en péril jusqu’à ce que la blessure de la perte, à défaut de se refermer, guérisse assez pour que la soif de vivre reprenne le dessus.

Mon avis :

Je suis restée complètement hermétique à ce texte. Pour moi, la douleur ne porte pas un costume de plumes (elle en porte un autre).

Le procédé ne m’a pas parlé ; le corbeau non plus.

J’ai en revanche découvert la poésie de Ted Hugues. Tout n’est pas perdu.

Noukette, Cathulu et Léa m’avaient donné envie de tenter l’expérience.

14 réflexions au sujet de « La douleur porte un costume de plumes – Max PORTER »

  1. manue

    Il a l’air pourtant pas mal a lire le résumé… c’est dommage…
    en tout cas si la plume de l’auteur t’a quand même plu c’est déjà ça 🙂

    Pour du pin et des larmes c’est plus le quotidien un peu surprenant des syndicalistes plutôt qu’un polar malheureusement…

    Répondre

Laisser un commentaire