La fêlure – Kate McNAUGHTON

Ce premier roman est fort riche : il nous emmène de Londres à Berlin, parle allemand, évoque la mort d’un mari, le 11 septembre et la schizophrénie. Rien que ça.

L’ensemble est très bien maîtrisé, mais m’a semblé malgré tout bavard. Passé et présent se croisent, et quelques courts chapitres sur le ressenti lors d’un deuil.

Les dialogues sont ponctués de non-dits et de grands blancs ; et parfois de remarques sur le temps qu’il fait, ce qui m’a paru fort inutile.

Seul le mystère entourant la mère d’Eva a suscité mon attention : qui est cette femme qui dit s’être enfui d’Allemagne de l’est en laissant ses parents derrière elle, décédés dans les prisons de la Stasi ? Pourquoi refuse-t-elle obstinément d’en parler et dit ne se souvenir de rien, à part qu’elle écrivait des pamphlets anti-communistes ?

Une lecture intéressante qui m’a ramené dans les rues de Berlin et de Londres, mais dont les personnages auraient mérité d’être plus fouillés que simplement décrit par leurs actions.

L’image que je retiendrai :

Celle de la manifestation contre un promoteur voulant détruire un bout de mur. Les manifestants obtiennent gain de cause, mais quelques jours plus tard, les bulldozers font tout de même leur travail.

Edition Les Escales, 18 janvier 2018, 560 pages

Je remercie Valérie chez Edi8 pour l’envoi de ce roman en avant-première que j’ai pu lire pendant mes vacances

10 commentaires sur “La fêlure – Kate McNAUGHTON

Laisser un commentaire