La renverse – Olivier ADAM

larenverseFlammarion, 6 janvier 2016, 266 pages

Présentation de l’éditeur :

« Ce n’est qu’au moment d’entrer dans le bar-tabac que la nouvelle m’a vraiment heurté, qu’elle a commencé à filer le tissu du drap que je tendais depuis des années sur cette partie de ma vie. J’ai demandé deux paquets de cigarettes, salué les habitués du plat du jour. Au-dessus des tables, un téléviseur s’allumait sur une chaîne d’information en continu. A l’instant où j’y ai posé les yeux, le visage éminemment télégénique de Jean-François Laborde s’est figé sur l’écran. J’ai demandé qu’on augmente le volume. On annonçait son décès dans un accident de voiture. Suivait un rappel succinct de sa biographie. Fugacement, la pensée, absurde étant donné le temps accordé à l’information, qu’il n’avait pas été fait mention de ma mère m’a traversé l’esprit. « 

Mon avis :

L’auteur nous emmène dans l’univers de la politique de province, dans une ville de banlieue coincée entre Paris et Rouen. 

Qui plus est se mêle une sortie histoire de sexe ardemment décrite sur fond de pouvoir social.

Au milieu d’adultes aux dents longues surnage un adolescent paumé et rêveur, devenu l’adulte qui nous raconte l’histoire à postériori.

Et comme nous, pauvre lecteur, avons l’habitude d’adhérer aux histoires que nous raconte Olivier Adam, nous croyons les yeux fermés à l’histoire que nous raconte le narrateur. Avant que la dernière partie, lorsque l’adolescent se réveille, nous apporte une autre façon d’envisager cette histoire.

Un roman un peu moins misérabiliste que les précédents, mais toujours aussi près d’une certaine réalité sociale.

L’image que je retiendrai :

Celle du narrateur travaillant dans une librairie bretonne au bord de la mer, frappée par les embruns.

23 réflexions au sujet de « La renverse – Olivier ADAM »

      1. Edyta

        J’en ai lu deux aussi: Falaises et Des vents contraires, j’ai nettement préféré le premier. Les lisières et Le cœur régulier sont dans ma PAL (j’ai vu le film en premier) mais j’ai déjà réservé La renverse à la bibliothèque.

        Répondre
    1. Alex-Mot-a-Mots Auteur de l’article

      J’ai bien aimé ce roman-ci, moins déprimant que le précédent que j’avais lu.

      Répondre
    1. Alex-Mot-a-Mots Auteur de l’article

      Je craignais un peu le côté déprimant, justement. Heureusement, celui-ci ne l’est pas autant que les autres.

      Répondre
  1. eveyeshe

    j’ai aimé « Falaises », « Les lisières » et « Peine perdue » mais chaque lecture me laisse un sentiment de malaise,
    je n’ai jamais eu de véritable coup de cœur pour cet auteur, la preuve: je n’ai acheté que « Peine perdue » (en e-book!)

    Répondre
    1. Alex-Mot-a-Mots Auteur de l’article

      J’avais lu Les lisières et vu le film adapté de Je vais bien, ne t »en fais pas. Un fort sentiment de malaise en lisant cet auteur, mais beaucoup moins pour ce dernier roman.

      Répondre
  2. Laeti

    Ce n’est pas la lecture la plus gaie de l’année, mais j’ai beaucoup aimé. Olivier Adam me transporte à chaque fois dans ses histoires…

    Répondre

Laisser un commentaire