La rose de Saragosse – Raphaël JERUSALMY

Le récit commençait pourtant bien : le meurtre orchestré de l’Inquisiteur de Saragosse ; des caricatures dans toute la ville oeuvres d’un mystérieux graveur ; deux jeunes filles en fleur et un personnage digne de Quasimodo.

Mais le charme n’a pas pris. Le style est plat qui enchaîne les actions.

Le vocabulaire se veut d’époque (l’emploi de « familier » pour désigner un indique à la solde du plus offrant) va mal avec une histoire moderne de jeune fille rebelle. Qui peut croire qu’au 15e siècle en Espagne il était possible pour les jeunes filles de cacher leurs activités révolutionnaires à leur famille ? Se mêlaient-elles de politique ? Etaient-elles en mesure de se moquer de la religion établie ?

Je n’y ai pas cru un seul instant. Et mêmes les pages sur la composition offset ne m’ont pas passionnées.

Un rendez-vous manqué.

L’image que je retiendrai :

La dernière, celle du bâton de Moïse.

Actes Sud Editions, 3 janvier 2018, 192 pages

16 commentaires sur “La rose de Saragosse – Raphaël JERUSALMY

  1. Ah mince !! c’est vrai qu’il y a l’air d’avoir beaucoup de choses qui ne vont pas et des incohérences… peut-être que l’auteur s’est mal renseigné…
    Tu avais lu d’autres romans de cet auteur ou c’est le premier que tu lis ?

    Pour le chat qui a tout vu oui il faut vraiment penser et réagir comme un matou espiègle et curieux 😉 en tout cas j’espère que si tu le lis il te plaira !

Laisser un commentaire