La route étroite vers le nord lointain – Richard FLANAGAN

route-etroite Actes Sud, 6 janvier 2016, 432 pages

Présentation de l’éditeur :

En 1941, Dorrigo Evans, jeune officier médecin, vient à peine de tomber amoureux lorsque la guerre s’embrase et le précipite, avec son bataillon, en Orient puis dans l’enfer d’un camp de travail japonais, où les captifs sont affectés à la construction d’une ligne de chemin de fer en pleine jungle, entre le Siam et la Birmanie. Maltraités par les gardes, affamés, exténués, malades, les prisonniers se raccrochent à ce qu’ils peuvent pour survivre – la camaraderie, l’humour, les souvenirs du pays. Au coeur de ces ténèbres, c’est l’espoir de retrouver Amy, l’épouse de son oncle avec laquelle il vivait sa bouleversante passion avant de partir au front, qui permet à Dorrigo de subsister. 

Cinquante ans plus tard, sollicité pour écrire la préface d’un ouvrage commémoratif, le vieil homme devenu après guerre un héros national convoque les spectres du passé. Ceux de tous ces innocents morts pour rien, dont il entend honorer le courage. Ceux des bourreaux, pénétrés de leur « devoir », guidés par leur empereur et par la spiritualité des haïkus. Celui d’Amy enfin, amour absolu et indépassable, qui le hante toujours. Les voix des victimes et des survivants se mêlent au chant funèbre de Dorrigo, se répondent et font écho. A travers elles, la « Voie ferrée de la Mort », tragédie méconnue de la Seconde Guerre mondiale, renaît sous nos yeux, par-delà le bien et le mal, dans sa grandeur dérisoire et sa violence implacable.

Mon avis :

J’ai pris pour habitude de ne plus lire les quatrièmes de couverture, d’entrer dans un roman sans à-priori. Pour ce roman, je n’aurai pas dû.

C’est un roman exigeant tant pas sa construction que par son style. Une construction éclatée, des chapitres qui passent du coq à l’âne. Une écriture que certains qualifieront de poétique, mais qui m’a juste énervée. On n’écrit pas 430 pages de poésie condensée, ce n’est pas humainement lisible.

Bref, je suis passée à côté de cette somme. Mais je ne doute pas que mes complices du Club Lecture réussiront à me le faire aimer et, quittait, relire avec un oeil neuf.

Leiloona l’a dégusté.

club-lecture

16 commentaires sur “La route étroite vers le nord lointain – Richard FLANAGAN

  1. si c’est une lecture exigeante je le garde en mémoire pour plus tard. j’aime les romans dont l’action se déroule à cette époque mais j’en ai tellement lu (et encore à lire) que je sature un peu…

    1. Il vaut mieux faire des pauses, en effet. J’ai connu la même chose avec les romans sur la 1er guerre mondiale.

  2. je n’ai jamais lu cet auteur et tu me fais peur là 🙂 Lire la 4è de couv’ ou pas, bonne question. Je le fais rarement, elle en dit si souvent trop!

Laisser un commentaire