Le club des pendus – Tony PARSONS

Quel plaisir de retrouver Max, sa fille Scout et leur chien Stan.

Encore une fois, Max se rend au Black Museum pour son enquête qui fait ressurgir le spectre de l’ancien bourreau Albert Pierrepoint.

Un groupe de 4 personnes font justice eux-même et pendent d’anciens meurtriers jamais condamnés (ou très peu).

Si l’enquête est plutôt classique, j’ai aimé, encore une fois, découvrir un quartier de Londres loin des circuits touristiques. Et celui-ci se situe même sous la surface.

J’ai aimé que l’auteur pose la délicate question du rôle de la police qui doit protéger même les extrémistes religieux, et de la justice qui parfois ne condamne qu’à de petites peines. Cruel dilemme.

Une série que je prends plaisir à retrouver à chaque fois pour la capitale britannique qu’elle me permet de découvrir.

L’image que je retiendrai :

Celle de l’ancien couloir des morts qui rétrécissait pour contenir physiquement le condamné.

La Marinière, 21 septembre 2017, 336 pages

16 commentaires sur “Le club des pendus – Tony PARSONS

  1. J’avais beaucoup aimé le premier, moins le second mais tu as raison, je le demande si ce n’est pas Londres le personnage principal.

  2. J’en ai entendu parler de ce livre mais j’ai jamais eu l’occasion de le lire.
    Peut-être qu’un jour je me le prendrais ou que je le trouverais dans un vide grenier. En tout cas ta chronique me donne envie de le lire. Merci 🙂

    Pour le kidnapping il y en a juste ce qu’il faut je pense donc qu’il pourrait te plaire 🙂

Laisser un commentaire