Le dernier violon de Menuhin – Xavier-Marie BONNOT

Rodolphe Meyer est un prodige du violon. Depuis ses 5 ans, son père le pousse à jouer de cet instrument avec lequel il excelle.

Le récit commence au moment du décès de la grand-mère de Rodolphe. Il hérite de son exploitation dans l’Aveyron et s’y rend pour son inhumation.

Une tempête de neige l’oblige à passer la nuit dans la maison, puis sa voiture qui ne démarre plus à cause de fils coupés.

C’est Victor, l’Enfant sauvage, qui a saboté la voiture de Rodolphe.

Qui est vraiment Victor ? Qui est l’Autre avec qui Rodolphe s’entretient ? Pourquoi le dernier violon de Yehudi Menuhin a-t-il tant d’importance pour Rodolphe ?

J’ai aimé ce roman qui parle de la page sombre en chacun de nous ; de l’ingratitude d’être un prodige. Certains s’en sortent, tel Yehudi, d’autres non comme Rodolphe.

J’ai aimé que l’auteur me parle de nos racines terriennes pas si loin de nous ; des légendes vivaces dans ces campagnes désertées.

Comme toujours, je me suis régalé du nouveau roman de M. Xavier-Marie BONNOT.

L’image que je retiendrai :

Cette du repaire sylvain de Victor au milieu des bois.

Quelques citations :

« Diriger des chanteurs avec un ego gros comme une montagne, des danseurs qui ne font que compter dans leurs têtes, des choristes qui ne sont jamais tous en mesure. » (p.102)

« Nous, les virtuoses, sommes tous des névrosés, des orphelins de l’enfance. » (p.190)

Belfond, 17 août 2017, 240 pages

Je remercie les Editions Belfond et Gilles Paris pour l’envoi de roman

12 réflexions au sujet de « Le dernier violon de Menuhin – Xavier-Marie BONNOT »

  1. Violette

    très tentée pour la simple raison qu’après vingt ans de « pause », j’ai repris mon violon… et je peux te dire que je suis loin d’être une prodige!!!

    Répondre
  2. valmleslivres

    Je n’ai lu qu’un roman de l’auteur mais il ne m’avait pas plu. Il n’écrit plus de polars alors.

    Répondre
    1. Alex-Mot-a-Mots Auteur de l’article

      J’espère qu’il te plaira, même si il est peu question de musique dans ce roman, finalement.

      Répondre

Laisser un commentaire