Le nuage d’obsidienne – Eric MCCORMACK

nuage-obsidienneChristian Bourgois Editeur, 14 avril 2016, 474 pages

Présentation de l’éditeur :

Harry Steen, ingénieur des mines, est invité à participer à une conférence au Mexique. Lorsqu’un violent orage éclate, il trouve refuge dans une librairie de livres anciens. Il y fait une découverte lourde de sens. Un ouvrage daté du milieu du XIXe siècle, intitulé Le Nuage d’Obsidienne, relate un phénomène inexpliqué : un nuage noir aux propriétés réfléchissantes s’est immobilisé au-dessus de Duncairn, un bourg des Uplands écossais, où il a provoqué plusieurs décès mystérieux. Curieux hasard : Harry a bien connu ce village puisqu’il y a enseigné, jeune homme, après la mort de ses parents. C’est également à Duncairn qu’il avait rencontré Miriam Galt, qu’il aime depuis lors, malgré sa trahison.

A son retour à Camberloo (ville imaginaire du Canada), Harry contacte un expert de livres rares à Glasgow, qui lui propose d’étudier l’ouvrage s’il lui envoie. Tandis que ce dernier l’analyse, Harry fait le récit de son parcours, depuis son enfance dans les taudis de Glasgow jusqu’à l’explosion d’une bombe, pendant la Seconde Guerre mondiale qui souffle son immeuble et tue ses parents, puis ses périples en Afrique, en Amérique du Sud et au Canada (dans l’Ontario), où il possède une usine.

Ce roman est peuplé de personnages singuliers. Parmi eux, Jacob Nelson, un violoniste exhibitionniste qui devient le logeur de Harry après la mort de ses parents, et le recommande pour son premier emploi d’enseignant. Quant à Miriam, jeune femme impénétrable, elle vit dans un manoir, à l’écart de la société, en compagnie de son vieux père. Harry tombe éperdument amoureux d’elle et demande sa main. Mais elle refuse de l’épouser, révélant qu’elle est fiancée au patron de Harry. Enfin, Gordon Smith, un riche entrepreneur canadien rencontré en Amérique du Sud, propose à Harry de l’engager comme vendeur pour son entreprise de pompes industrielles. A son arrivée au siège de l’entreprise, à Camberloo, Gordon lui présente sa fille, Alicia. Il est alors évident que, plus qu’un vendeur, le père cherche un mari pour sa fille. Quoique secrètement toujours amoureux de Miriam, Harry épouse la jeune femme, avec qui il aura deux fils. Tout en continuant poursuivre ses recherches liées au Nuage d’Obsidienne et à son propre passé…

Mon avis :

J’aurais voulu aimer ce roman, mais certaines phrases bancales et quelques fautes de frappe m’ont rebuté.

Les événements s’enchaînent, une vie à la vitesse de l’éclaire. Les années passent, les personnages rencontrés se succèdent, réapparaissent parfois.

J’ai eu l’impression que le personnage principal vivait dans un rêve. Certaines situations ne m’ont pas paru crédibles.

Un roman qui ne me restera pas en mémoire.

L’image que je retiendrai :

Celle des voyages en bateau de Harry qui a le mal de mer.

club-lecture

16 commentaires sur “Le nuage d’obsidienne – Eric MCCORMACK

  1. Moi, je l’ai trouvé passionnant ! C’était une découverte d’un auteur que je ne connaissais pas et j’ai adoré !
    Pour une fois, Alex, nous ne sommes pas d’accord !à
    Bonne journée !
    Amitiés

Laisser un commentaire