Le pouvoir – Naomi ALDERMAN

Le pouvoir est entre nos mains, les filles !

Dans pas longtemps, nous ressentirons la force le fuseau qui produit de l’électricité capable de mettre KO quiconque nous résiste.

Ainsi Allie qui tue son père adoptif violeur avant de se réfugier dans une communauté religieuse et d’en devenir la Mère Eve.

En Moldavie, les femmes esclaves sexuelles découvrent ce fuseau et prennent à leur tour le pouvoir dans une province reculée. Mais les hommes leur font la guerre.

Margot, sénatrice américaine a une fille qui a du mal à contrôler ce fuseau et crée des camps d’entraînement spéciaux pour les jeunes filles.

Sans oublier Roxy dont le père est un baron de la drogue anglais et qui prend l’exploitation spéciale femme à son compte en Moldavie.

Tunde, jeune journaliste, suit l’avancée du pouvoir de ces femmes et comment elles gèrent, ou pas, cette nouvelle place dans le monde.

Si j’ai aimé suivre leurs différents parcours en début de roman, je me suis ensuite ennuyée dans les arcanes du pouvoir de celles qui ne faisaient que reproduire le schéma masculin.

Et même si la fin du roman est glaçante, il m’a manqué un petit quelque chose pour adhérer vraiment aux propos de l’auteure que je trouve bien défaitiste.

L’image que je retiendrai :

Celle de la scène de viol d’un homme par une femme.

Lu sur Liselotte

Je remercie Netgalley et les Editions Calmant-Lévy pour l’envoi de ce roman dystopique féministe jusqu’au-boutiste

22 commentaires sur “Le pouvoir – Naomi ALDERMAN

  1. Pas désagréable à lire malgré une écriture somme toute banale, « Le Pouvoir » est plombé par une fin sans queue ni tête. Naomi Alderman ne savait manifestement pas comment finir son roman et a donc opté pour une fin ex abrupto sans réel dénouement. « Tout ça pour ça » est le sentiment frustrant qui prédomine au moment de refermer le livre…

Laisser un commentaire