L’enterrement d’un juif hongrois – Catherine PAYSAN

Albin Michel, 2 janvier 2017, 507 pages

Présentation de l’éditeur :

Lui, le Juif hongrois né en 1922 dans les quartiers pauvres de Budapest a connu à vingt ans les horreurs du nazisme. Miraculé de la Shoah, il décide en 1946 de s’expatrier et de rejoindre Paris.

Elle, la Française de vieille souche née en 1926 dans le village d’Aulaines est restée attachée à sa terre sarthoise. Devenue écrivain, elle dit d’elle-même qu’elle a toujours été un arbre enraciné au carrefour des quatre vents de l’esprit, ayant pour vocation de prêter l’oreille au discours des oiseaux venus s’abriter dans ses feuillages. Ils se sont rencontrés à Paris et pendant plus de trente ans ne se sont plus quittés.

À quatre-vingt-dix, ans Catherine Paysan avec l’énergie de plume, la force d’évocation, la luxuriance d’écriture qui la caractérise, évoque ce que fut cette union hors normes qui a su triompher des affrontements identitaires, des différences culturelles et des grands traumatismes de l’histoire du XXe siècle, qu’elle sait faire revivre avec une acuité inégalée.

Mon avis :

Quelle belle découverte en ce début d’année 2017. Même si le titre est plutôt triste, la plume de l’auteure est magnifique. Un vrai souffle épique pour évoquer un amour qui ne devait pas durer.

Tout opposait ses deux personnages, rien ne les prédestinait à se rencontrer, et encore moins à s’aimer jusqu’au bout.

Je me suis laissée emporter par les phrases si belles et si rythmées, avec leur souffle propre. Et, cette fois, la redondance ne m’a pas dérangée (il faut dire que j’étais en vacances, j’avais le temps).

Il n’y a pas vraiment de chronologie, plutôt une écriture comme au fil de la mémoire de la narratrice, même si le récit suit l’avancée des années du couple entrecoupé de réminiscences.

Beaucoup de romans de l’auteure ont été primés, mais (dans mon inculture crasse) je n’en connaissais aucun. Je serai donc bien incapable de dire si ce roman s’inscrit dans le style habituel de l’auteure. Mais je suis certaine de lire d’autres critiques qui me l’apprendront.

L’image que je retiendrai :

Celle des démarches d’Emil et Annie pour pouvoir se marier à l’Eglise, après 12 ans de mariage civil.

Je remercie infiniment Ophélie des éditions Albin Michel pour l’envoi de ce très beau roman en avant-première. Quelle belle découverte !

10 commentaires sur “L’enterrement d’un juif hongrois – Catherine PAYSAN

  1. J’ai lu « Nous autres les Sanchez » comme tout le monde à l’époque. J’avais aimé, mais je n’ai pas eu l’occasion de la relire.

Laisser un commentaire