Les délices de Tokyo – Durian SUKEGAWA

Quelles ont l’air délicieuses, ces pâtisseries concoctées par Tokue dans l’échoppe de Sentarô : pour la confection des dorayaki, le secret réside dans la préparation de la pâte de haricots.

Et Tokue sait l’écouter murmurer, elle qui a tant souffert dans sa chaire.

C’est ce que va découvrir Sentarô à cause d’une propriétaire malveillante.

Aidé de Wakana, une jeune fille en marge, ils se prennent d’amitié pour la vieille dame et découvrent son terrible secret et la condition des lépreux au Japon.

Un roman pas si doux qu’il n’y parait. Une omniprésence des cerisiers à travers les saisons.

L’image que je retiendrai :

Celle de la vieille dame, Tokue, apprenant à Sentarô à écouter.

Albin Michel, 3 février 2016, 240 pages

21 commentaires sur “Les délices de Tokyo – Durian SUKEGAWA

  1. Bonsoir Alex, je n’ai toujours pas lu le roman (mais j’y pense). En revanche, j’ai adoré le film et j’ai peur d’être déçue par le roman. Bonne soirée.

Laisser un commentaire