Les disparus de l’A16 – Maxime GILLIO

disparus-A16J’ai lu, 3 février 2016, 282 pages

Présentation de l’éditeur :

Triste publicité pour la commune de Saint-Folquin : quatre hommes et une femme sent disparu sur l’autoroute A16, aux abords du village. Trois disparitions inexpliquées survenues à quelques mois d’intervalle… Alors que la police piétine, la compagne d’un des disparus demande à Virginia Valmain de faire sa propre enquête. Quand la célèbre détective privée dunkerquoise, connue pour son franc-parler et ses mauvaises manières, débarque à Saint-Folquin avec son équipe de choc, les événements s’accélèrent. Virginia ne porte pas de gants et ne fait pas dans la dentelle. Attention aux éclaboussures !

Mon avis :

Je dois avouer que je n’ai rien compris au dénouement de ce roman policier. Mais ce n’est pas grave, car l’auteur lui-même ne semble pas y croire non plus. Ou en tout cas nous le fait croire…..

L’intérêt de ce roman réside plutôt dans l’exercice de style : maîtrisant les codes du roman policier, l’auteur en joue, joue su les mots, joue avec ses personnages, et donc avec le lecteur.

Ce qui lui permet aussi de distiller sa science au gré des péripéties (ainsi, j’ai appris que le foc dont il est question dans l’expression est en fait un terme de marine).

Un petit bémol, parce qu’il en faut bien un : de trop nombreuses notes de bas de pages. Ici, le comique de répétition n’a pas fonctionné pour moi.

Mon Cher et Tendre n’a pas aimé le ton employé. Il a abandonné page 30.

L’image que je retiendrai :

Celle de l’amoureux passionné mais éconduit Curly, surnommé ainsi à cause de la taille de son pénis. J’allais oublier le médecin légiste qui ne parle qu’en alexandrins salaces.

Merci Oncle Paul et Cécibon pour cette idée de lecture rigolote.

14 commentaires sur “Les disparus de l’A16 – Maxime GILLIO

    1. Disons que dans ce roman, le côté policier n’est pas le plus important, donc je l’ai trouvé brouillon.
      Bises

    1. J’ai passé un bon moment de lecture, mais l’exercice de style ne m’a pas complètement convaincu.

Laisser un commentaire