Les gens des hauts – Hugues BOULET

Ouvrir ce roman, c’est se plonger dans une rêverie tropicale.

Dans un pays imaginaire d’Amérique du Sud, quatre personnages vont et viennent entre Decamon, la Grande ville de cette ancienne dictature communiste, et les Altas Sierras, montagnes pauvres que les Gens des Hauts cherchent depuis toujours à quitter.

Il y a aussi les Immortels, sortent d’êtres humains améliorés sous la dictature communiste, mais à la durée de vie limitée. En lisant ce détail, je craignais un roman de SF. Rien de tel dans ces pages, les Immortels ne sont qu’un prétexte pour parler de l’Amour.

Si j’ai aimé l’ambiance tropicale, j’ai eu un peu plus de mal avec les personnages qui ont mis longtemps à imprégner ma mémoire, comme si ils étaient interchangeables et pas vraiment signifiants. J’ai dû longtemps me concentrer pour intégrer leurs traits distinctifs.

Mais les paysages sont d’une telle splendeur, et la vie urbaine si réelle que j’ai préféré m’attacher aux paysages plutôt qu’aux personnages.

Un roman dépaysant à bien des égards ; une lecture sensuelle.

L’image que je retiendrai :

Celle des trains que prennent les personnages et qui traversent le pays.

Hugues Boulet, 10 mai 2017, 214 pages

Merci Folavril pour ton article, l’auteur m’a contacté après mon message sur ton article.

Merci à l’auteur pour l’envoi de son premier roman

 

Laisser un commentaire