Les infâmes – Jax MILLER

infamesFlammarion, 2 septembre 2015, 352 pages

Présentation de l’éditeur :

Freedom Oliver, alcoolique et suicidaire, a passé dix-huit ans à se cacher dans une petite ville de l’Oregon, sous protection du FBI. Hantée par son passé douloureux et la mort brutale de son mari, elle souffre d’avoir abandonné ses deux enfants pour échapper à la vengeance de son beau-frère.

En apprenant la disparition de sa fille Rebekah, élevée par un pasteur aux croyances radicales, elle part avec l’énergie du désespoir pour le Kentucky. Après tant d’années à se cacher, quitter l’anonymat c’est laisser à son bourreau l’occasion de la retrouver. Et de se venger.

Entre les paumés magnifiques, les flics indélicats, les dégénérés de sa belle-famille et de dangereux fanatiques religieux, son périple tourne à l’odyssée.

Mon avis :

Freedom est une femme électrique qui frappe plus souvent qu’à son tour. Elle avait tout pour m’énerver, elle m’a émue.

C’était une jeune fille à qui tout souriait, mais elle est née et a grandi dans le mauvais quartier : mariée et enceinte jeune, son mari la battait et la trompait ; sans parler de son beau-frère qui la violait.

Sa belle-mère régentait le trafic de drogue dans le quartier, malgré son incapacité à se déplacer à cause de son surpoids. L’auteure insiste un peu trop lourdement à mon goût sur ce problème.

La secte dans laquelle se trouve sa fille et que l’on découvre peu à peu est un bon résumé des sectes ayant par le passé fait parler d’elles par des suicides collectifs.

Un roman noir qui nous décrit sans concession une Amérique des Infâmes. Un premier roman réussi.

L’image que je retiendrai :

Celle de l’inspecteur Matley désespérément amoureux de Freedom malgré ses sautes d’humeur et son passé.

12 réflexions au sujet de « Les infâmes – Jax MILLER »

  1. eveyeshes

    les thèmes m’intéressent violence faite aux femmes et sectes mais j’ai du mal avec ce style de livres en ce moment (probablement à cause de l’intox des médias…

    Répondre
    1. Alex-Mot-a-Mots Auteur de l’article

      Je ne me suis pas renseignée : en a-t-elle écrit d’autres ? Mais peut-être qu’ils ne sont pas encore traduit.

      Répondre
  2. Taylor

    J’ai beaucoup apprécié ce premier roman coup de poing. Freedom aurait pu être antipathique mais on s’attache à elle malgré tout.

    Répondre

Laisser un commentaire