Les larmes noires sur la terre – Sandrine COLLETTE

Tant pis si je me répète : ouvrir un roman de Sandrine Collette, c’est savoir que l’on va plonger dans un univers noir.

Et ce roman-ci l’est à plus d’un titre : noir de crasse, noir d’avenir bouché, noir d’une humanité qui tente de survivre, noir de mauvais sentiments.

Une seule lueur : le bébé de Moe pour qui elle se battra bec et ongles, jusqu’à commettre de nombreux forfaits pour s’en sortir.

Je me demandais pourquoi une casse en couverture du roman : c’est parce que l’action se déroule dans une casse transformée en camp de détention des services sociaux.

J’ai aimé les digressions qui nous racontent l’histoire des filles du bloc de Moe. Nous découvrons ainsi leur parcours et comment la vie les a malmené. Toutes les filles, sauf une : la moins résignée.

Une fin en happy end que je n’attendais pas. Je ne saurai dire si elle m’a déçu. Mais le roman est poignant.

L’image que je retiendrai :

Celle de la petite voiture attribuée à Moe, dans lequel elle va faire son nid tant bien que mal.

Denoël, 2 février 2017, 336 pages

23 commentaires sur “Les larmes noires sur la terre – Sandrine COLLETTE

  1. J’ai failli lire ce roman mais on m’a dit qu’il était encore plus noir que son précédent. Or, j’avais abandonné le précédent car je l’avais trouvé trop noir. Donc je n’imagine même pas celui-ci !!

Laisser un commentaire