Les nuits de Reykjavik – Arnaldur INDRIDASON

nuits-reykjavik

Métailié, 5 février 2015, 260 pages

Résumé de l’éditeur :

Erlendur le solitaire vient d’entrer dans la police, et les rues de Reykjavik dans lesquelles il patrouille de nuit sont agitées : accidents de la circulation, contrebande, vols, violences domestiques…

Des gamins trouvent en jouant dans un fossé le cadavre d’un clochard qu’il croisait régulièrement dans ses rondes. On conclut à l’accident et l’affaire est classée. Pourtant le destin de cet homme hante Erlendur et l’entraîne toujours plus loin dans les bas-fonds étranges et sombres de la ville.

On découvre ici ce qui va faire l’essence de ce personnage taciturne : son intuition, son obstination à connaître la vérité, sa discrétion tenace pour résister aux pressions contre vents et marées, tout ce qui va séduire le commissaire Marion Briem.

Mon avis :

J’ai plongé avec délices dans la première enquête du futur commissaire Erlendur, encore jeune policier de la brigade de nuit.

J’ai retrouvé avec plaisir la plume de l’auteur et ses lents récits, mais aussi ses descriptions de la capitale Islandaise.

Indridason nous offre une plongée dans la Reykjavik nocturne : ses accrochages automobiles, ses disputes de couple parfois fatales, ses SDF, et ses meurtres, aussi. Une petite capitale qui n’a rien à envier aux grandes.

L’image que je retiendrai :

Celle du voisin qui s’entraîne au golf la nuit dans un terrain vague. 

19 réflexions au sujet de « Les nuits de Reykjavik – Arnaldur INDRIDASON »

  1. dasola

    Bonsoir Alex, j’ai aussi trouvé ce roman très bien. J’attends les autres (j’espère que l’on va retrouver Erlendur jeune) avec impatience. Bonne soirée.

    Répondre
  2. Nadine

    En mai dernier je suis partie voyager sur les terres d’Islande et je suis revenue en me disant que je lirais cet auteur découvert là-bas. L’Islande, une terre de rêve…
    J’ai bien rigolé avec ton message sur mon blog au roman « Winter » :D)))
    Vivant dans le Québec profond il faut dire que j’ai l’habitude de vivre sous moins 40, même pas peur mdrrrrrrr
    Je rêve vraiment d’aller m’installer un jour dans une cabane quelque part, en Islande ou en Alaska sans doute. J’adore le froid, les feux dans la cheminée et la beauté des grandes étendues enneigées…
    Bisous Alex

    Répondre

Laisser un commentaire