Les poètes morts n'écrivent pas de romans policiers – Björn LARSSON

41ZvYGC2u7L._AA160_

Grasset, 24 octobre 2012, 496 pages

Résumé de l’éditeur :

Par une brumeuse nuit de février, l’éditeur Karl Petersén arrive, non sans quelques inquiétudes, dans le port d’Helsinborg, avec une bouteille de champagne et le contrat du poète Jan Y. Nilsson, qui vit à bord d’un bateau de pêche. L’éditeur l’a persuadé d’écrire un roman policier, futur best-seller, déjà vendu aux plus prestigieuses maisons d’édition d’Europe. Mais le poète acceptera-t-il de le signer ? Se résignera-t-il à sacrifier sa réputation et à se plier aux lois du marché ?

Lorsque Petersén découvre Jan Y. pendu, la réponse semble évidente. Le commissaire Barck, chargé de l’enquête, n’a aucun doute : les poètes ne se font pas assassiner, ils se suicident. Pourtant, les mobiles ne manquent pas…

Mon avis :

Voici un roman original qui nous parle de poésie, avant même de nous parler d’enquête.

Il est également question de l’art et la manière d’écrire : de la poésie, des romans policiers.

Un polar vraiment dépaysant, donc. D’autant plus que l’enquêteur principal est lui aussi un poète à ses heures.

Mon esprit perspicace avait découvert qui était le coupable, mais peu importe. Dans ce roman, ce qui est intéressant, c’est la façon dont l’enquêteur-poète découvre, grâce à la poésie, comment a procédé le meurtrier.

J’ai bien aimé les clins d’oeil à la littérature, comme le second enquêteur Monsieur Sten Dahl.

Pas de profondes analyses psychologiques des personnages, mais de la poésie, encore de la poésie, toujours de la poésie.

L’image que je retiendrai :

Celle du bateau dans lequel vit le poète (avant de mourir) dans le port de commerce, et qui admire tous le matins le crépuscule.

23 réflexions au sujet de « Les poètes morts n'écrivent pas de romans policiers – Björn LARSSON »

  1. Didi

    Il vit dans un gâteau ou dans un bateau ?
    Mais après tout pourquoi pas
    Une fourmi de 18 mètres avec un chapeau sur la tête
    ça n’existe pas ?
    Et pourquoi pas
    Bises @ bientôt

    Répondre

Laisser un commentaire