Les prépondérants – Hédi KADDOUR

preponderants

Grand Prix du roman de l’Académie française 2015

Gallimard, 20 août 2015, 464 pages

Présentation de l’éditeur :

Au printemps 1922, des Américains d’Hollywood viennent tourner un film à Nahbès, une petite ville du Maghreb. Ce choc de modernité avive les conflits entre notables traditionnels, colons français et jeunes nationalistes épris d’indépendance. Raouf, Rania, Kathryn, Neil, Gabrielle, David, Ganthier et d’autres se trouvent alors pris dans les tourbillons d’un univers à plusieurs langues, plusieurs cultures, plusieurs pouvoirs.

Certains d’entre eux font aussi le voyage vers Paris et Berlin, vers de vieux pays qui recommencent à se déchirer sous leurs yeux. Ils tentent tous d’inventer leur vie, s’adaptent ou se révoltent. Il leur arrive de s’aimer.

Mon avis :

Algérie, 1920 : ses colons français, ses algériens d’origine avec leurs us et coutumes encore très ancrées. Et puis au milieu, le jeune Raouf à l’esprit communiste, voulant changer les esprits et les façons de penser la gouvernance du pays.

Mais entrer dans ce roman, c’est aussi plonger dans une langue et un rythme : celui du récit à la limite de l’oralité du conte.

Les chapitres alternent les histoires, celle de Raouf ou celle de sa cousine Rania ; celle du procès à Hollywood ou celle du pauvre commerçant qui a voulu se jouer du fils de Si Ahmed.

Un roman qui nous plonge dans une Algérie entre deux guerres, et dont certains de ses enfants commencent à s’éveiller politiquement. Mais les Prépondérants sont encore trop puissants dans le pays.

J’aurais aimé toutefois suivre plus longtemps le personnage de Rania, veuve qui n’en fait qu’à sa tête en se retirant dans une des propriété de son père pour vivre sa vie comme elle l’entend ; mais qui respecte toutefois les coutumes et le quand-dira-t-on.

L’image que je retiendrai :

Celle du combat de deux chameaux pour la saillie d’une chamelle, et qui donne lieu à des paris.

22 commentaires sur “Les prépondérants – Hédi KADDOUR

  1. il me tente aussi, celui-ci… je vais faire comme Zazy , attendre qu’il soit à la bibliothèque, mais cette année, c’est dur, elle a peu de moyens car pour ne pas augmenter les impôts locaux (baisse des dotations d’état) le maire a décidé un coup de frein drastique pour les achats de livres (1500 E pour toute la rentrée littéraires, adultes, ados, enfants, tous genres confondus….

  2. Il m’a fait envie aussi quand il est sorti, c’est une époque de l’Algérie que j’aimerais mieux connaître et puis…il est toujours noté ! 😆 J’attendrai sa sortie Poche ! Tu donnes envie, la dernière images des chameaux : warf !

  3. Je vois que je ne suis pas la seule à l’avoir noté, et à l’attendre à la bibliothèque. Il me fait un peu peur en fait …

Laisser un commentaire