Les reliques – Jeanne BENAMEUR

reliques

Babel, 26 février 2011, 101 pages

Présentation de l’éditeur :

ls sont trois dans une cabane entre village et décharge, trois hommes âgés sur lesquels le temps n’a plus de prise. Hésior, le magicien, Zeppo, le clown, et Nabaltar, le soigneur de fauves, « trois coeurs collés ensemble ». Leur amante, Mira la trapéziste, est morte, et le cirque ne veut plus de l’énigme des trois hommes. En dehors du monde, en dehors du temps, ils existent par le désir toujours vif qui les anime. Unis par leur trésor commun – le coffre contenant le dernier costume de scène de Mira -, ils fabriquent de fausses reliques qu’ils enterrent au pied des églises, des maisons. Parce que la foi ne conduit pas qu’aux saintes, qu’il n’y a pas de grand ou de petit ravissement. Composé dans une langue à la grâce enivrante et au lyrisme brûlant, ce roman brave la mort au nom de l’amour fou.

Mon avis :

J’aime l’auteure dans ses textes courts et forts. Le texte est ciselé, rien n’est à enlever. L’auteure va à l’essentiel, en peu de mots, pour nous faire sentir une situation.

Et quelle situation que celle de ces trois artistes de cirque relégués dans une masure en bord de ville, car le cirque refuse la mort.

On découvre, peu à peu, ce qui les a exilé. C’est un amour partagé, et un assassinat assumé.

J’ai aimé Mira, libre et légère comme l’air.

J’ai aimé que le texte ait été rédigé un 8 décembre, et que l’anagramme de Marie soit le personnage principal de ce récit bouleversant.

L’image que je retiendrai :

Celle de Mira, « s’élançant dans les airs comme les religieuses lancent leurs prières vers le ciel« .

13 commentaires sur “Les reliques – Jeanne BENAMEUR

Laisser un commentaire