L’ordre du jour – Eric VUILLARD

De l’auteur, j’avais abandonné 14 juillet : trop de détails inutiles sans vrai narration à mon goût. Mais devant les avis unanimes sur ce Prix, j’ai fait un effort.

J’ai été agréablement surprise : il n’y a pas d’accumulation de détails et une vraie narration.

Bon, les chapitres n’ont pas vraiment de liens les uns avec les autres, si ce n’est le récit de l’Anschluss.

J’ai aimé que me soient contés ces détails de l’Histoire avec un vocabulaire hétéroclite, mélange de mots inusités et de langue plus vulgaire.

L’auteur a même réussi à me faire sourire, parfois.

Pourtant, en refermant le roman, je suis étonnée qu’il ai reçu ce Prix là particulièrement. De tous les précédents Prix Goncourt que j’ai lu, j’ai trouvé dans leurs pages un vrai souffle épique, un Roman à la française dans le plus pur style classique. Rien de tel dans ces pages.

L’image que je retiendrai :

Celle des panzers tous en panne quelques kilomètres après la frontière autrichienne.

Quelques citations :

« C’est curieux comme jusqu’au bout les tyrans les plus convaincus respectent vaguement les formes (…) tandis qu’ils roulent ouvertement par-dessus tous les usages. On dirait que la puissance ne leur suffit pas, et qu’ils prennent un plaisir supplémentaire à forcer leurs ennemis d’accomplir, une dernière fois, en leur faveur, les rituels du pouvoir qu’ils sont en train d’abattre. » (p.47)

« tant les préjugés sont tenaces, même parmi les plus profonds destructeurs de la société. » (p.54)

« Et ce qui étonne dans cette guerre, c’est la réussite inouïe du culot, dont on doit retenir une chose : le monde cède au bluff. » (p.71)

Lu sur Liselotte

26 commentaires sur “L’ordre du jour – Eric VUILLARD

  1. Cela t’étonne ? Moi pas. Quand on sait que c’est un livre publié chez Actes Sud et que Françoise Nyssen, la directrice de la maison d’édition est ministre de la Culture, on peut se poser des questions.

    1. Moi non plus, mais finalement, je me suis laissée tenter. Il est très différent, heureusement, sinon je ne l’aurai pas lu jusqu’au bout.

  2. Bonjour Alex, c’est sûr que ce n’est certainement pas le récit du siècle. Cela s’apparente plus à un reportage. Mais je suis presque certaine qu’il va rencontrer du succès: c’est court et agréable à lire même pour des gens qui lisent peu. Après 14 Juillet, c’est mon deuxième Vuillard et je pense que cela ne sera pas le dernier. Bonne journée.

Laisser un commentaire