Ma ZAD – Jean-Bernard POUY

J’ai aimé suivre Camille dont la ferme se trouve en pleine ZAD et qui se fait  interpeller lors de l’évacuation du site de Zavenghem, occupé par des activistes. A sa sortie de GAV, le hangar où il stockait des objets de récup destinés à ses potes zadistes n’est plus qu’un tas de ruines fumantes, son employeur le licencie, sa copine le quitte… et il se fait tabasser par des crânes rasés. Difficile d’avoir pire karma et de ne pas être tenté de se radicaliser !

Heureusement, la jeune Claire est là qui, avec quelques compagnons de lutte, égaye le quotidien de Camille et lui redonne petit à petit l’envie de lutter contre cette famille de potentats locaux, ennemis désignés des zadistes, les Valter.

Commence alors l’équipée de Camille contre le Grand Capital sous les traits de cette grande famille française.

Mais ce combat n’est pas le sien, lui l’amoureux de Claire.

J’ai aimé l’humour du personnage et son chat Glück. Le seul à être clairvoyant et heureux dans cette histoire ?

L’image que je retiendrai :

Celle de la vieille Toyota de Camille, qui est de toutes les luttes.

Quelques citations :

« se penser le fils unique d’Attila et d’Ereckan son épouse. » (p.46)

« Le monde moderne se réduisait curieusement à deux cocktails : le mojito, qui envahit les after hours, et le molotov, qui règne sur nos rues sombres. » (p.68)

Lu sur Liselotte

10 commentaires sur “Ma ZAD – Jean-Bernard POUY

Laisser un commentaire