Mémoire de fille – Annie ERNAUX

memoire-de-filleGallimard, 1 avril 2016, 160 pages

Présentation de l’éditeur :

«J’ai voulu l’oublier cette fille. L’oublier vraiment, c’est-à-dire ne plus avoir envie d’écrire sur elle. Ne plus penser que je dois écrire sur elle, son désir, sa folie, son idiotie et son orgueil, sa faim et son sang tari. Je n’y suis jamais parvenue».

Dans Mémoire de fille, Annie Ernaux replonge dans l’été 1958, celui de sa première nuit avec un homme, à la colonie de S dans l’Orne. Nuit dont l’onde de choc s’est propagée violemment dans son corps et sur son existence durant deux années. S’appuyant sur des images indélébiles de sa mémoire, des photos et des lettres écrites à ses amies, elle interroge cette fille qu’elle a été dans un va-et-vient implacable entre hier et aujourd’hui.

Mon avis :

Quelle plongée dans l’adolescence m’a offert l’auteure : l’âge pendant lequel on doit faire des choix pour son avenir ; ce moment pendant lequel on cherche absolument à appartenir à un groupe.

Mais Annie n’appartient à aucun monde : ni celui des monos de camp de vacances, ni celui des filles huppées du lycée. Qu’importe, elle se découvre peu à peu, s’émancipant de sa famille en douceur. Reviendront alors son « sang » et son appétit.

L’auteure explore également son rapport à l’écriture, ainsi que son rapport au passé. Retourner sur les lieux des événements ne lui apporte rien, et pourtant elle cherche souvent des traces des personnes qui ont croisé sa route à cette époque.

Tout au long de ma lecture, j’ai senti l’auteure apaisée.

L’image que je retiendrai :

Celle de l’adolescente calquant ses vêtements et ses études sur ceux de cette femme du camp de vacances, tentant de lui ressembler.

32 réflexions au sujet de « Mémoire de fille – Annie ERNAUX »

    1. Alex-Mot-a-Mots Auteur de l’article

      Je n’avais pas aimé La place non plus. Celui-ci est vraiment très différent. Et j’ai aimé.

      Répondre
  1. manue

    J’aime bien l’idée de passé présent. En plus je pense que certains passages tout le monde peut s’y retrouver…
    En tout cas même si ce n’est pas le genre de livre que je lis d’habitude je note tout de même le titre si je tombe dessus dans un vide grenier je pense que je me le prendrais au moins par curiosité 😉

    Pour l’homme aux papillons mon seul regret c’est de ne pas avoir connu cet auteur plus tôt !
    Par contre je pense qu’il y a plusieurs enquêtes avec les mêmes personnages avant celui là. Il faudrait voir 🙂

    Répondre
  2. Oncle Paul

    Retour sur le passé ? Cela m’est arrivé, et souvent déçu. Alors une plongée dans l’adolescence, pourquoi pas, car Annie Ernaux est avant tout écrivain, dont peut modifier ses souvenirs en fonction de ses envies.

    Répondre
    1. Alex-Mot-a-Mots Auteur de l’article

      Elle peut modifier ses souvenirs en fonction de ses envies ? Ce sera une question à lui poser.

      Répondre
  3. Violette

    je ne suis pas très copine avec Annie Ernaux à qui je reproche de se dévoiler beaucoup trop. Je crois que je vais tout de même lire ce livre, je n’en ai entendu que du bien, tu confirmes !

    Répondre
    1. Alex-Mot-a-Mots Auteur de l’article

      La place m’avait déçue, j’hésitais à lire celui-ci, mais finalement, j’ai apprécié.

      Répondre
  4. aifelle

    J’ai beaucoup aimé cette lecture, surtout que nous sommes quasiment de la même génération et j’ai retrouvé le « climat » que j’ai connu dans mes jeunes années.

    Répondre
  5. bibliblogueuse

    C’est le 3e roman que je lis d’elle et si l’histoire de son adolescence m’a moyennement plu, j’ai trouvé sa réflexion sur l’écriture vraiment intéressante et très aboutie.

    Répondre
  6. Nadine

    Très envie de lire ce livre. J’adore cette auteure qui arrive à toujours parler avec dignité de sujets durs…
    Il y a longtemps que je ne l’ai pas lue, c’est le temps! 😀
    Merci du rappel!

    Répondre
    1. Alex-Mot-a-Mots Auteur de l’article

      Une auteure que j’hésite toujours à lire. Je n’ai pas accroché à certains de ses romans.

      Répondre

Laisser un commentaire