Tombés des mains (4)

Les vivants aux prix des morts de René FREGNI Le résumé était alléchant : Lorsque le douzième coup de midi tombe du clocher des Accoules, un peu plus bas, sur les quais du Vieux-Port, les poissonnières se mettent à crier : « Les vivants au prix des morts ! » Et chaque touriste se demande s’il s’agit du poisson ou de tous ces hommes abattus sur un trottoir, sous l’aveuglante lumière de Marseille… A Marseille, René n’y va plus que rarement. Il préfère marcher dans les collines de l’arrière-pays, profiter de la lumière miraculeuse de sa Provence et de la douceur d’Isabelle. […]

Tombés des mains (3)

Les Mandible : une famille, 2029-2047 de Lionel SHRIVER De l’auteure, j’avais adoré Il faut qu’on parle de Kevin. Je me faisais une joie de la retrouver. Certes, c’est un pavé, mais le récit mais vraiment du temps avant de commencer. Et puis les explications sur le crack boursier que subit les Etats-Unis sont trop longues, trop détaillées et ont fini par me lasser. Même en ne lisant pas ces passages, le roman ne démarre jamais vraiment. Belfond, 4 mai 2017, 528 pages   V.I.P. de Laurent CHALUMEAU Le sujet était intéressant : un plan presse people avec une jeune […]

Tombés des mains (2)

Au jour le jour – Paul VACCA Vous vous rappelez La petite cloche au son grêle ? Ce magnifique roman tout en finesse…. Celui-ci est aux antipodes : cherchant la comparaison, la description exacte, le style empile les adjectifs et les détails anodins. Pire : certains dialogues sont anachroniques, ce qui a fini de me rebuter. J’ai persévéré jusqu’à la deuxième partie, mais les personnages et les situations caricaturales ont eu raison de moi. Je n’étais pas prête à lire un tel roman. Tant pis pour moi.   Hermine blanche et autres nouvelles – Noëlle REVAZ L’un des précédent roman […]

Tombé(s) des mains – 1

J’inaugure cette nouvelle rubrique pour vous parlez rapidement des lectures qui ne m’ont pas convaincues (je pique l’idée à Yv et ses articles Ca coince). Il faut dire qu’en ce moment, j’enchaîne les déceptions. La faute à une petite forme ? Sans doute. De l’auteure, j’avais adoré Trois femmes puissantes. L’auteure avait donc toute ma sympathie. Mais je n’avais pas gardé en mémoire le style particulier, plein de circonvolutions qui, cette fois-ci, m’ont perdues. Le narrateur est bien flou : Qui est-il ? Quelle place a-t-il dans la vie de la Cheffe ? Même l’histoire de la cheffe ne m’a […]