Archives par étiquette : abandon

Tombés des mains (3)

Les Mandible : une famille, 2029-2047 de Lionel SHRIVER

De l’auteure, j’avais adoré Il faut qu’on parle de Kevin. Je me faisais une joie de la retrouver. Certes, c’est un pavé, mais le récit mais vraiment du temps avant de commencer.

Et puis les explications sur le crack boursier que subit les Etats-Unis sont trop longues, trop détaillées et ont fini par me lasser.

Même en ne lisant pas ces passages, le roman ne démarre jamais vraiment.

Belfond, 4 mai 2017, 528 pages

 

V.I.P. de Laurent CHALUMEAU

Le sujet était intéressant : un plan presse people avec une jeune actrice et un visiteur mystérieux, un paparazzi en embuscade. Mais le shooting tourne au cauchemar….. et ma lecture aussi.

Je n’ai pas aimé le style écriture orale hachée qui a été rédhibitoire pour moi.

Tant pis.

Grasset, 8 mars 2017, 272 pages

 

 

 

Lumières fantômes de Lydia MILLET

Si j’avais pu lire son précédent roman entièrement, je dois dire que d’entrée de jeu, le style de cette suite ne m’a pas plu : phrases hachées, sujet passant du coq à l’âne, histoire peu intéressante.

Je ne saurais jamais ce qui arrivera au personnage principal, mais cela ne me manquera pas.

Le Cherche Midi, 17 octobre 2017, 260 pages

Tombés des mains (2)

Au jour le jour – Paul VACCA

Vous vous rappelez La petite cloche au son grêle ? Ce magnifique roman tout en finesse…. Celui-ci est aux antipodes : cherchant la comparaison, la description exacte, le style empile les adjectifs et les détails anodins.

Pire : certains dialogues sont anachroniques, ce qui a fini de me rebuter.

J’ai persévéré jusqu’à la deuxième partie, mais les personnages et les situations caricaturales ont eu raison de moi.

Je n’étais pas prête à lire un tel roman. Tant pis pour moi.

 

Hermine blanche et autres nouvelles – Noëlle REVAZ

L’un des précédent roman de l’auteure ne m’avait pas passionné outre mesure (Rapport aux bêtes).

Je laisse une seconde chance avec ce recueil de nouvelles récemment paru, mais, lasse, j’ai abandonné au bout de quelques nouvelles.

Ce ne sont pas des nouvelles à chute, mais de petites histoires, ce qui n’est pas ma tassé de thé, je dois le dire.

Je n’ai pas franchement compris où l’auteure voulait en venir. Je dois être un peu bouchée, me direz-vous.

J’ai préféré rendre rapidement ce livre à ma BM afin qu’il trouve un lecteur plus digne de lui, sans doute.

 

Les témoins de pierre – Simon BECKETT

L’histoire promettait d’être passionnante : Sean est en fuite. Malgré la chaleur qui écrase la campagne française, il préfère abandonner sa voiture accidentée et couper à travers champs pour éviter la police. Mais sa cavale se termine brutalement lorsque les mâchoires implacables d’un piège se referment sur sa jambe. Retrouvé quasiment inconscient par les deux fi lles du propriétaire d’une ferme voisine, il est recueilli et soigné. À peine capable de tenir debout, Sean se croit enfin à l’abri et est loin de se douter des dangers qui le menacent.

Oui, mais voilà : le style, trop haché, a eu raison de mon envie de lire ce roman, malgré des personnages bien mystérieux dans une ambiance glauque.

Tombé(s) des mains – 1

J’inaugure cette nouvelle rubrique pour vous parlez rapidement des lectures qui ne m’ont pas convaincues (je pique l’idée à Yv et ses articles Ca coince).

Il faut dire qu’en ce moment, j’enchaîne les déceptions. La faute à une petite forme ? Sans doute.

De l’auteure, j’avais adoré Trois femmes puissantes. L’auteure avait donc toute ma sympathie. Mais je n’avais pas gardé en mémoire le style particulier, plein de circonvolutions qui, cette fois-ci, m’ont perdues.

Le narrateur est bien flou : Qui est-il ? Quelle place a-t-il dans la vie de la Cheffe ?

Même l’histoire de la cheffe ne m’a pas tenue en haleine.

J’ai lu une soixantaine de pages avant d’abandonner.

 

Pour ce livre, j’ai lu un peu plus de pages (environ 150) avant de décrocher : rien ne se passe, les personnages sont longs à mettre en place, et quand on croit que l’histoire va enfin démarrer, et bien non.

Malgré les critiques élogieuses lues un peu partout, ce roman partait avec un handicap : je n’aime pas les westerns ni à la télé, ni sur papier.

J’ai essayé, mais j’ai fini par abandonner aussi.

 

 

Quand je vous dis que je suis dans une mauvaise passe : j’ai lu ce livre en entier (il n’est pas très long), mais je n’en ai rien retenu !