Archives par étiquette : deuil

La douleur porte un costume de plumes – Max PORTER

ladouleurporteSeuil, 14 janvier 2016, 121 pages

Présentation de l’éditeur :

Une mère meurt. Elle laisse derrière elle deux petits garçons et leur père ravagés de chagrin. Surgit un soir dans leur appartement londonien un étrange personnage : un corbeau, doué non seulement de parole mais d’une verve enfiévrée, d’une audace surprenante et d’un sens de l’humour ravageur.

Qu’il soit chimère ou bien réel, cet oiseau de malheur s’est donné une mission : accompagner les trois âmes en péril jusqu’à ce que la blessure de la perte, à défaut de se refermer, guérisse assez pour que la soif de vivre reprenne le dessus.

Mon avis :

Je suis restée complètement hermétique à ce texte. Pour moi, la douleur ne porte pas un costume de plumes (elle en porte un autre).

Le procédé ne m’a pas parlé ; le corbeau non plus.

J’ai en revanche découvert la poésie de Ted Hugues. Tout n’est pas perdu.

Noukette, Cathulu et Léa m’avaient donné envie de tenter l’expérience.

Ca aussi, ça passera – Milena BUSQUETS

capasseraLu sur Liselotte

Présentation de l’éditeur :

C’est l’été, la saison préférée de Blanca. Après le décès de sa mère, elle quitte Barcelone pour s’installer dans la maison de vacances familiale de Cadaqués. Sur cette terre riche des souvenirs de son enfance, sous le soleil de la Méditerranée, elle cherche l’apaisement.

Mais elle ne part pas seule, une troupe disparate et invraisemblable l’accompagne : ses deux ex-maris, les fils qu’elle a eus d’eux, ses amies Sofía et Elisa, son amant Santi et, bien entendu, sa mère défunte, à qui elle ne cesse de parler par-delà la mort, tant cette disparition lui semble difficile et inacceptable.

Les baignades, les promenades en bateau et les siestes dans le hamac vont se succéder, tout comme ces longs dîners estivaux au cours desquels les paroles s’échangent aussi facilement que les joints ou les amours. Les souvenirs affleurent alors, faisant s’entrelacer passé et présent.

Blanca repense à cette mère fantasque, intellectuelle libre et exigeante, qu’elle a tant aimée et tant détestée. Elle lui écrit mentalement une lettre silencieuse et intense dans laquelle elle essaie de faire le bilan le plus honnête de leur relation douloureusement complexe. Elle lui dit avec ses mots tendres, drôles et poignants que face à la mort elle choisit l’élégance, la légèreté, la vie. Elle lui dit qu’elle choisit l’été et Cadaqués car elle sait que ça aussi, ça passera.

Mon avis :

Un roman à la fois léger et grave sur le décès d’une mère qui hante Bianca pendant ses vacances à Cadaquès.

Bianca aime la vie et la croque à pleines dents.

Malgré le sujet certes grave, j’ai passée une belle après-midi de lecture en compagnie de cette femme un peu fofolle.

L’image que je retiendrai :

Celle de l’histoire inventée par la mère de Bianca qui raconte que l’empereur de Chine avait demandé à ses plus grands savants de lui trouver la phrase pouvant être utilisée à tout propos. « Ça aussi ça passera » fut leur réponse.

Quelques citation :

« Je crois que je partage avec la plupart des femmes de la planète, et peut-être avec le pape et quelque autre chef religieux, l’idée folle que seule l’amour nous sauvera. » (p.50)

« Je ne sais pas si la vie aurait autant de sens s’il n’y avait pas les nuits d’été. » (p. 65)

Délivrances – Toni MORRISON

delivrances

Christian Bourgois Editeur, 20 août 2015, 198 pages

Présentation de l’éditeur :

L’histoire de Lula Ann Bridewell, enfant maltraitée, qui a fait un faux témoignage pour plaire à sa mère et passe sa vie à essayer de se racheter en combattant le racisme.

Mon avis :

Le résumé est un peu succinct. Le roman est chorale, qui éclaire la personnalité et les actes de Lula Ann qui se fait maintenant appeler Bride.

Au fil du texte, nous découvrons les conséquences de son secret sur sa vie avant que ce fameux secret ne nous soit révélé.

Il y a toujours un peu de magie, dans les textes de Toni Morrison, mais dans ce roman-ci, je l’ai trouvé moins ensorcelant.

Un roman sur l’importance de la parole pour se délivrer du poids des secrets.

L’image que je retiendrai :

Celle des vêtements toujours blancs de Bride sur sa peau noire.