Archives par étiquette : espionnage

La danse des vivants – Antoine RAULT

Lu sur Liselotte

Présentation de l’éditeur :

Eté 1918. Dans un hôpital militaire, un jeune homme se réveille amnésique. Il a tout oublié de son passé, jusqu’à son nom, mais parle aussi bien le français que l’allemand. Les services secrets français voient en lui l’espion idéal. Ils lui donnent l’identité d’un mort allemand. Mais peut-on être un autre quand pour soi-même on est personne ?

Grande fresque historique et roman d’aventures captivant, où personnages imaginaires et réels se côtoient, La danse des vivants nous entraîne dans une épopée à travers l’Allemagne de Weimar. C’est toute l’Europe de l’entre-deux-guerres déchirée par la violence des nationalismes et des idéologies que nous dépeint l’auteur à travers ce héros sans mémoire. De surprises en surprises, une réflexion sur l’identité et le destin de l’homme emporté et bouleversé par la marche de l’Histoire.

Mon avis :

J’ai aimé suivre ce héros sans mémoire : qui est-il ? Il ne le saura jamais, le lecteur, si.

Comment va-t-il gérer cette double identité d’espion ? Ne va-t-il pas se dévoiler malgré lui ?

J’ai aimé également suivre l’après-guerre du côté français et allemand : la façon dont les hommes politiques ont géré la victoire ou la défaite vis-à-vis de l’opinion publique.

J’ai ainsi appris que les soldats allemands, après la démobilisation, sont partis directement se battre dans la Baltique contre les Bolchéviques.

On découvre Clemenceau dans ses tractations. Un roman riche historiquement et qui pose la question de la fin de la guerre et de l’identité.

L’image que je retiendrai :

Celle du traitement à l’électricité que subit Charles, censé faire retrouver la mémoire. Une torture avant l’heure (serions-nous, nous français, les spécialistes de la torture à l’électricité ?…..)

Envoyée spéciale – Jean ECHENOZ

envoyeespecialeLes Editions de Minuit, 7 janvier 2016, 312 pages

Présentation de l’éditeur :

Constance étant oisive, on va lui trouver de quoi s’occuper. Des bords de Seine aux rives de la mer Jaune, en passant par les fins fonds de la Creuse, rien ne devrait l’empêcher d’accomplir sa mission. Seul problème : le personnel chargé de son encadrement n’est pas toujours très bien organisé.

Mon avis :

De l’auteur, je n’avais rien lu (honte à moi).

Je suis agréablement surprise par le style, exigeant. L’histoire ne m’a intéressée que dans la troisième et dernière partie, mais je n’ai pas boudée mon plaisir de lire une telle prose.

Ironie, flegme et sens de l’absurde, tout y est.

Un moment de lecture intelligent.

L’image que je retiendrai :

Celle de la perceuse, accessoire qui interviendra régulièrement dans le récit.

Les avis beaucoup plus développés de Sylire, Jostein, Clara et Yv.

Je suis Pilgrim – Terry HAYES

jesuispilgrim Lu sur Liselotte

Présentation de l’éditeur :

Une jeune femme assassinée dans un hôtel sinistre de Manhattan. Un père décapité en public sous le soleil cuisant d’Arabie Saoudite. Un chercheur torturé devant un laboratoire syrien ultrasecret. Un complot visant à commettre un effroyable crime contre l’humanité. 

Et en fil rouge, reliant ces événements, un homme répondant au nom de Pilgrim. Pilgrim est le nom de code d’un individu qui n’existe pas officiellement. Il a autrefois dirigé une unité d’élite des Services secrets américains. Avant de se retirer dans l’anonymat le plus total, il a écrit le livre de référence sur la criminologie et la médecine légale. Mais son passé d’agent secret va bientôt le rattraper…

Mon avis :

Je ne suis pas fan de romans d’espionnage, mais j’adore les romans policiers, et ce roman mêle habillement les deux, heureusement.

Sans surprise, j’ai donc beaucoup aimé la partie plus policière de l’histoire. Mais la partie plus espionnage ne m’a pas déplue non plus.

L’auteur sait mêler habillement 3 histoires en une sans nous lasser. Une gageure.

Un très bon Tuniraspastecoucher, avec des chapitres courts et en alternance.

Seule la fin m’a déçue : je n’ai pas les courses poursuites, y’a rien à faire. J’ai trouvé également la fin du Sarrasin un peu bâclée : mais il faut bien que l’Amérique gagne, n’est-ce pas ?

Je comprends le succès de ce roman-somme, devenu un incontournable.

L’image que je retiendrai :

Celle de la ville de Bodrum (ancienne Halicarnasse) que l’auteur nous fait visiter à travers son roman. Avec sa Maison française, étrange construction….

"Sauvez Adolf Hitler !" – Jean-François BOUCHARD

sauvez-hitler

Editions Thadée, 21 septembre 2015, 400 pages

Résumé de l’éditeur :

1er décembre 1943, conférence de Téhéran. Churchill, Roosvelt, Staline discutent ferme de la conduite de la guerre. Pas question pour le premier d’essayer de supprimer Hitler. Ce dément commet erreur sur erreur au grand dam de ses généraux. Mais, Staline a déjà lâché ses meilleurs liquideurs. Churchill fait appel à la fine fleur de ses agents…

Mon avis :

En ce début d’année scolaire, si vous avez des lycéens qui travaillent sur la Seconde Guerre Mondiale, ce roman est pour eux. Extrêmement bien documenté, on découvre des personnages cruciaux dans le déroulement de la Guerre, leur personnalité et leurs petits travers.

Ainsi, Joseph Staline n’a jamais pris l’avion avant la fameuse Conférence de Téhéran et mourrait de peur à l’idée de monter dans un engin volant ; ce qui faisait bien rire Churchill à l’humour décapant (ses réparties m’ont fait bien rire). Seul Roosevelt apparait comme un personnage falot.

L’aspect roman d’espionnage m’a moins plu, mais uniquement parce que je ne suis pas une fan du genre. En revanche, j’ai apprécié le côté suspens du livre.

Basé sur des faits réels, ce thriller est à lire pour se coucher moins bête.

L’image que je retiendrai :

Celles de Staline et Hitler entrant dans des crises nerfs folles à propos d’un détail insignifiant.

Je remercie les Editions Thadée pour l’envoi de ce roman-document en avant-première.