Archives par étiquette : essai

Géopolitique du moustique – Erik ORSENNA

Le titre exact est : Petit précis de mondialisation Tome 4 : géopolitique du moustique. Je n’ai pas lu les 3 premiers petits précis, mais cela n’a pas d’importance.

L’académicien s’intéresse à la mondialisation des épidémies dues aux moustiques, car il existe plusieurs familles de moustiques. Seules les femelles nous piquent, ça je le savais, mais l’auteur explique comment elles transmettent virus et bactéries.

En voyageant à travers le monde, de la Guyane en Chine en passant par l’Afrique, Erik Orsenna rencontrent les chercheurs spécialisés et passionnés qui travaillent sur le sujet.

Un essai passionnant, abordable et pas verbeux pour un sou qui expose quelques solutions pour prévenir les piqûres. Mais l’auteur n’oublie pas que le moustique est un élément de la biodiversité qui a sa place dans la chaîne alimentaire : l’éradiquer n’est pas possible ni souhaitable.

L’image que je retiendrai :

Celle des captureurs de moustiques, chargés de récolter les petits bêtes pour les scientifiques. Un métier à risque.

Fayard, 29 mars 2017, 278 pages

Derniers jours sur terre – David VANN

Je laisse encore une chance à l’auteur avec cet essai sur un tueur de masse paru en 2014.

Mais il n’y a rien à faire, j’ai du mal à suivre les images de l’auteur et à comprendre où il veut en venir : il nous parle du suicide de son père en parallèle avec le suicide de Steve qui a juste avant tué 5 personnes dans son université. Quel rapport ?

L’auteur rencontre les personnes qui ont côtoyé Steve et retrace son parcours d’adolescent mal dans sa peau, interné plusieurs fois, sous anti-dépresseurs, souffrant de TOC, rejeté par sa soeur, un brin raciste et adorant les jeux vidéos violents. Quel tableau !

Pourtant, il tombe amoureux, mais il a une telle mauvaise image de lui et de ses capacités qu’il ne peut remonter la pente.

C’est l’occasion pour l’auteur de fustiger l’armée américaine qui « relâche » ses anciens enrôlés dans la nature sans aucun suivi ; sur le lobby des armes à feu incapable de tirer une leçon de ces tueries répétitives.

Mais je reste dubitative sur la portée de la conclusion de l’auteur : les plus malheureux sont les gens autour du suicidé qui doivent faire face au geste définitif. 28 ans et 260 pages pour en arriver à cette conclusion, cela me paraît beaucoup.

J’ai trouvé très longs les passages où l’auteur transcrivaient les dernières conversations écrites de Steve avec son amoureuse : il n’en fait aucune analyse et se contente de nous livrez les faits bruts.

De même, si, au départ, l’auteur ouvre son livre sur le suicide de son père, on s’aperçoit bien vite qu’aucune comparaison n’est possible. Alors pourquoi avoir maintenu le parallèle ?

Gallmeister, 4 septembre 2014, 256 pages

L’année sans été – Gillen D’Arcy WOOD

lanneesanseteLu sur Liselotte

Présentation de l’éditeur :

Un an après Waterloo, en 1816, le monde est frappé par une catastrophe restée dans les mémoires comme l' » année sans été  » ou l' » année du mendiant « … Une misère effroyable s’abat sur l’Europe. Des flots de paysans faméliques, en haillons, abandonnent leurs champs, où les pommes de terre pourrissent, où le blé ne pousse plus.

Que s’est-il passé ? En avril 1815, près de Java, l’éruption cataclysmique du volcan Tambora a projeté dans la stratosphère un voile de poussière qui va filtrer le rayonnement solaire plusieurs années durant. Ignoré des livres d’histoire, ce bouleversement climatique fait des millions de morts. On lui doit aussi de profondes mutations culturelles, dont témoignent les ciels peints par Turner, chargés de poussière volcanique, ou le Frankenstein de Mary Shelley.

L’auteur nous invite à un véritable tour du monde. Au Yunnan, les paysans meurent de faim, vendent leurs enfants et se lancent dans la culture du pavot à opium, moins sensible que le riz aux variations climatiques.

Dans le golfe du Bengale, l’absence de mousson entraîne une mutation redoutable du germe du choléra, dont l’épidémie gagne Moscou, Paris et la Nouvelle-Angleterre. L’Irlande connaît une effroyable famine, suivie d’une épidémie de typhus, qui laisse de marbre le gouvernement britannique. En Suisse, des glaciers avancent avant de fondre brutalement, détruisant des vallées entières. Aux États-Unis, des récoltes misérables provoquent la première grande crise économique, etc.

Ce livre, qui fait le tour d’un événement à l’échelle planétaire, sonne aussi comme un avertissement : ce changement climatique meurtrier n’a pourtant été que de 2° C…

Mon avis :

J’avais entendu dire que le Frankenstein de Mary Shelley avait été écrit suite à un été sombre. J’ai découvert en lisant ce livre que le fameux été avait duré 3 ans de suite et qu’il avait produit bien plus qu’un chef d’oeuvre de la littérature.

Du volcan, je ne connaissais rien, même pas son nom (et pourtant, j’avais entendu parler du Krakatau). C’est l’année du bicentenaire de son réveille.

Même les fermiers américains ont été touchés, ce qui a créé la première crise économique mondiale (bien avant le Jeudi Noir). Sans oublier les agriculteurs irlandais avant la maladie de la pomme de terre.

De même qu’au Yunnan, en Chine, les agriculteurs sont passés de la culture de subsistance des céréales, à la culture de rapport de l’opium, plus rentable.

L’auteur fait le lien entre l’éruption du Tambora et l’éruption de Santorin en 1628 av. J.C. qui avait précédé la chute de la civilisation minoenne, la légende de l’Atlantide et l’exode des Hébreux hors d’Egypte (p.59).

Une lecture enrichissante.

L’image que je retiendrai :

L’auteur semble partir de l’éruption du Tombora, mais il ne nous parle que du roman de Mary Shelley. Habile.

Je remercie les éditions La Découverte, ainsi que Net Galley pour l’envoi de cet essai passionnant.