Archives par étiquette : guerre

Radeau – Antoine CHOPLIN

La fosse aux ours, 27 août 2003, 134 pages

Présentation de l’éditeur :

En pleine débâcle, Louis, au volant d’un camion, fuit devant l’arrivée prochaine des Allemands. Sa cargaison est précieuse. Il transporte des tableaux du Louvre qu’il faut mettre à l’abri. Sur la route, il dépasse une femme. Les consignes du plan  » Hirondelle  » sont strictes. Il ne doit pas s’arrêter. Et pourtant..

Mon avis :

J’ai toujours un peu de mal avec le style sec de l’auteur en commençant la lecture d’un de ses livres. Mais, petit à petit, le charme agit.

D’autant plus dans ce roman où les personnages sont rudes et usent de peu de mots.

Pourtant, ils sont solidaires, ceux qui peuplent ces pages ; ils aiment boire et manger et profiter de la vie. En pleine guerre, ce n’est pas toujours facile.

On devine les caractères au travers d’attitudes et de répliques. Tout est toujours esquissé.

En contraste avec le fameux tableau du Radeau de la Méduse, qui donne à voir les corps dans une mise en scène sombre.

Encore une fois, je me suis émue avec les mots de M. Choplin.

L’image que je retiendrai :

Celle des habitants disparates du château devant les toiles sorties sur l’herbe pour qu’elles prennent l’air.

Une citation :

« Alors la faim l’emportera sur le chagrin ! » (p.112)

Carthage – Joyce Carol OATES

carthagePoints, 3 octobre 2016, 594 pages

Présentation de l’éditeur :

Tout semble aller pour le mieux dans la petite ville de Carthage en ce début de juillet 2005, si ce n’est que Juliet Mayfield, la ravissante fille de l’ancien maire a, pour des raisons peu claires, rompu ses fiançailles avec le caporal Brett Kincaid, héros de retour de la guerre d’Irak. Un héros très entamé dans sa chair et dans sa tête, dont pourtant Cressida, la jeune soeur rebelle de Juliet, est secrètement amoureuse.

Or, ce soir-là, Cressida disparaît, ne laissant en fait de traces que quelques gouttes de son sang dans la jeep de Brett. Qui devient alors le suspect numéro 1 et, contre toute attente, avoue le meurtre…

Sept ans après, un étrange personnage surgit pour peut-être résoudre l’impossible mystère.

Mon avis :

C’est toujours avec une certaine appréhension que j’ouvre un livre de cette auteure. J’en ai follement aimé, et abandonné d’autres peu après les avoir commencé.

Celui-ci se situe entre les deux : j’ai aimé les personnages complexes ; beaucoup moins les longueurs inutiles sur les personnages secondaires.

J’ai aimé rencontrer M.C. Escher et ses créations étranges.

J’ai aimé le discours de Mme Oates sur la Guerre (en Irak ou en Afghanistan), qui détruit les jeunes hommes en quête d’idéal.

J’ai aimé le personnage de Cressida, même si dans ce roman, c’est elle qui tombe amoureuse de son futur beau-frère, pour le malheur de tous.

Dans ce roman, le paradoxe de Zenon (le père) est mis à mal : « toute évidence des sens est fallacieuse, et le mouvement est impossible. » disait le philosophe grec du même nom.

Les pages sur la beauté / laideur m’ont moins touchées.

L’image que je retiendrai :

Celle du mur de la prison, si long, si gris.

Quelques citations :

« Les éléphants aussi enterrent leurs morts. (…) Sauf que les éléphants étaient capables de reconnaître les os de leurs morts des années plus tard. Une mère éléphant poussait des barrissements angoissés, saisissant les grands os courbes de sa grand-mère, enfouies dans la terre desséchée. Mais aucun être humain ne peut reconnaître les os d’un parent. »

« Il nous est nécessaire d’être farouchement aimé par une personne pour exister. » (p.410)

« Dans la totalité du monde biologique, le monde humain est le seul où les parents souffrent de la honte de leurs rejetons. Ce n’est possible dans aucune autre espèce que celle des Homo sapiens. » (p.467)

club-lecture

Today we live – Emmanuelle PIROTTE

todayweliveLe Cherche Midi, 2 septembre 2015, 240 pages

Présentation de l’éditeur :

Décembre 1944. C’est la contre-offensive allemande dans les Ardennes belges. Pris de panique, un curé confie Renée, une petite fille juive de 7 ans, à deux soldats américains. Ce sont en fait des SS infiltrés, chargés de désorganiser les troupes alliées. Les deux nazis décident d’exécuter la fillette. Au moment de tirer, Mathias, troublé par le regard de l’enfant, tue l’autre soldat.

Commence dès lors une cavale, où ils verront le pire, et parfois le meilleur, d’une humanité soumise à l’instinct de survie.

Mon avis :

J’ai passé une belle matinée en compagnie de Mathias et de Renée, dans les caves de la ferme, au gré des vagues successives d’Américains ou d’Allemands.

Un lien particulier uni les deux personnages, qui restera à jamais indéfinissable.

Mais tout de même, Mathias n’est pas un soldat allemand comme les autres. Il a vécu dans le Grand nord Canadien et à été soigné par une guérisseuse. Il est donc sensible à une autre forme de monde.

Un très belle amitié au coeur de la guerre et de ses cruautés.

L’image que je retiendrai :

Celle de Renée se retournant au moment où Mathias la mettait en joue, scellant leur amitié si peu commune.

Un été au Kansaï – Romain SLOCOMBE

ete-kansai

Arthaud, 2 septembre 2015

Résumé de l’éditeur :

Friedrich Kessler a vingt-quatre ans lorsqu’il débarque au Japon en 1941, nommé à l’ambassade du Reich. Sa carrière de diplomate lui a évité d’être enrôlé dans l’armée. Amateur de jazz et des récits des Mille et Une Nuits, Kessler a voulu partir le plus loin possible…

Les femmes s’intéressent à ce rêveur ; que ce soit la robuste Helma, épouse délaissée de l’ambassadeur, ou la jolie Hiltraud que ses collègues surnomment l’« infirmière SS ».

Mais les combats se rapprochent : Berlin, où vit la soeur de Friedrich, est déjà sous les bombes, Tokyo va brûler à son tour lors des grands raids américains du printemps 1945.

Mon avis :
Je retrouve avec plaisir la plume de l’auteur de « Monsieur le commandant » et « Avis à mon exécuteur« .
Cette fois-ci, l’auteur choisi pour toile de fond le Japon de 1942 à 1945. Et, plus méconnu, il prend pour personnage principal un membre de l’ambassade nazi à Tokyo. Nous saurons tout sur la propagande allemande internationale, mais aussi sur l’état d’esprit des compatriotes à l’étranger. 
La propagande japonaise n’est pas en reste, qui se méfie des étrangers et organise même de fausses arrestations de faux espions.
L’auteur a même réussi à me faire apprécier les estampes japonaises.
Et puis il est question du « sort » des femmes allemandes pendant l’occupation soviétique de Berlin, et que les hommes refusaient de voir parler (un journal d’une anonyme, sans doute journaliste, qui a pour titre « Une femme à Berlin« ).
Nous découvrons également le récit de l’incendie de Tokyo qui détruisit les 3/4 de la ville. Mais le Japon ne capitule pas.
Si la conversion finale du personnage principal m’a paru quelque peu forcée, en revanche, les descriptions d’Hiroshima après le Champignon prennent aux tripes.
Merci, Monsieur Slocombe, pour cette plongée dans un Japon inconnu, et ce roman fort riche, encore une fois.
L’image que je retiendrai :
Celle des descriptions des corps brûlés collés à l’asphalte d’Hiroshima.

Cris – Laurent GAUDE

cris

Le livre de poche, 19 octobre 2005, 181 pages

Résumé de l’éditeur :

Ils se nomment Marius, Boris, Ripoll, Rénier, Barboni ou M’Bossolo. Dans les tranchées où ils se terrent, dans les boyaux d’où ils s’élancent selon le flux et le reflux des assauts, ils partagent l’insoutenable fraternité de la guerre de 1914. Loin devant eux, un gazé agonise. Plus loin encore, retentit l’horrible cri de ce soldat fou qu’ils imaginent perdu entre les deux lignes du front,  » l’homme-cochon « . A l’arrière, Jules, le permissionnaire, s’éloigne vers la vie normale, mais les voix de ses compagnons d’armes le poursuivent avec acharnement. Elles s’élèvent comme un chant, comme un mémorial de douleur et de tragique solidarité.

Mon avis :

Après nombres d’essais infructueux, je dois avouer que Laurent Gaudé n’est pas mon écrivain préféré. Mais il s’agit ici d’un texte court, qui sait.

Avec ce roman, je fus heureusement surprise. Pour une fois, ses phrases avec trop de mots (c’est ce que je lui reproche) sont au service de ce texte fort qui nous emmène dans les tranchées de 14-18, vous savez, la Boucherie.

L’auteur propulse littéralement son lecteur au coeur de la Grande Guerre, mais aussi à l’Arrière où personne ne veut rien entendre.

Une immersion dans le bruit, la fureur et la folie des hommes.

L’image que je retiendrai :

Celle de ces hommes devenus fous à force de bruits, de cris, de mort, de saleté et de crasse, d’absurdité, aussi.

Yellow Birds – Kevin POWERS

yellobirds

Le livre de poche, 2 avril 2014, 240 pages

Résumé de l’éditeur :

Bartle, 21 ans, est soldat en Irak, à Al Tafar. Depuis l’entraînement, lui et Murphy, 18 ans, sont inséparables. Bartle a fait la promesse de le ramener vivant au pays. Une promesse vaine… Murphy mourra sous ses yeux et le hantera toute sa vie.

Yellow birds nous plonge au cœur des batailles où se déroule le quotidien du régiment conduit par le sergent Sterling. On y découvre les dangers auxquels les soldats sont exposés jour après jour. Et le retour impossible à la vie civile.

Mon avis :
Ouvrir ce roman, c’est plonger dès les premières pages au cœur d’un combat au fin fond de l’Irak. Deux soldats se sont liés d’amitié, chacun engagé volontaire pour des raisons différentes. Mais Bartle a fait la promesse de trop à la mère de Murph.
L’auteur alterne les chapitres où les soldats sont à Al Tafar et ceux où Bartle rentre chez lui. Nous devinons ainsi rapidement que Murph n’a pas survécu.
Ce qui m’a frappé à la lecture de ce roman, c’est qu’il est plein de couleurs : le marron de l’Irak, le vert de la Virginie, et le jaune, au détour d’une phrase. 
Un roman qui nous plonge dans une guérilla de quartier pour la possession d’une ville dont on ne voit que peu les habitants. Ici, nous sommes au côté des troufions qui exécutent les ordres et se fichent éperdument des discours de leurs gradés.
Une belle écriture au service d’un discours sur la vanité de toute chose, et le difficile retour à la vie civile.
L’image que je retiendrai :
Celle de la poussière et de la chaleur qui collent aux bottes des soldats.

La joueuse de go – Shan SA

joueuse-go

Gallimard, 15 janvier 2003, 325 pages

Résumé de l’éditeur :

Depuis 1931, le dernier empereur de Chine règne sans pouvoir sur la Mandchourie occupée par l’armée japonaise. Alors que l’aristocratie tente d’oublier dans de vaines distractions la guerre et ses cruautés, une lycéenne de seize ans joue au go. Place des Mille Vents, ses mains infaillibles manipulent les pions. Mélancolique mais fiévreuse, elle rêve d’un autre destin.  » Le bonheur est un combat d’encerclement.  » Sur le damier, elle bat tous ses prétendants.

Mais la joueuse ignore encore son adversaire de demain : un officier japonais dur comme le métal, à peine plus âgé qu’elle, dévoué à l’utopie impérialiste. Ils s’affrontent, ils s’aiment, sans un geste, jusqu’au bout, tandis que la Chine vacille sous les coups de l’envahisseur qui tue, pille, torture.

Mon avis :
L’intérêt de ce roman résidé dans la description de la vie mandchoue sous l’occupation japonaise, de ses us et coutumes concernant la vie des jeunes filles (mariage imposé) et un peu de médecine chinoise.
Le point de vue du japonais est intéressant également, car on apprend la façon de fonctionner de l’armée japonaise, ainsi que le monde des geishas.
L’histoire d’amour, elle, est plus convenue, même si son originalité fait l’attrait du roman : les protagonistes se courtisent autour d’une partie de jeu de go.
L’image que je retiendrai :
En refermant ce roman, j’ai une forte envie de me plonger dans les règles de ce jeu mysterieux.

L'orangeraie – Larry TREMBLAY

orangeraie

La Table Ronde, 5 février 2015, 192 pages

Résumé de l’éditeur :

«Quand Amed pleure, Aziz pleure aussi. Quand Aziz rit, Amed rit aussi.» Ces frères jumeaux auraient pu vivre paisiblement à l’ombre des orangers. Mais un obus traverse le ciel, tuant leurs grands-parents. La guerre s’empare de leur enfance et sépare leurs destins. Amed, à moins que ce ne soit Aziz, devra consentir au plus grand des sacrifices.

Mon avis :

J’ai aimé les deux premières parties qui nous parlent d’Aziz et d’Amed, de leur complicité entre eux et avec leur mère.

J’ai aimé me promener au milieu des orangers plantés par le grand-père, je sentais presque leur parfum.

Puis est arrivé Soulayed pour parler de la guerre et des martyrs.

La troisième partie est à mon avis la moins intéressante du roman, car replacer le récit sur une scène de théâtre n’a pas vraiment d’intérêt. Le propos de l’auteur était suffisamment fort auparavant sans qu’il ait le besoin d’en rajouter dans un discours final qui tombe comme un cheveux sur la soupe. Il fait perdre au roman toute sa poésie. Dommage.

L’image que je retiendrai :

Celle des cailloux sur lesquels poussent les orangers du grand-père.

L'incendie – Antoine CHOPLIN et Hubert MINGARELLI

incendie

La fosse aux ours, 6 janvier 2015, 80 pages

Résumé de l’éditeur :

Pavle et Jovan, l’un en Argentine, l’autre à Belgrade, renouent le contact par lettres après plusieurs années de silence.

Leur correspondance les amène, peu à peu, à évoquer un passé douloureux.

Les deux hommes ont été pris dans la tourmente de la guerre en ex-Yougoslavie au début des années quatre-vingt-dix.

Et ce qui est arrivé là-bas a bouleversé leur vie.

Mon avis :

Je connaissais la plume d’Hubert Mingarelli que j’apprécie : simple et pleine de poésie. Voilà l’occasion pour moi de découvrir celle d’Antoine Choplin.

Et je ne fus pas déçue. C’est un récit qui se dévoile pas à pas, au fil des lettres échangées entre Pavle et Jovan. Au fil du temps qu’il leur faut pour accepter et dévoiler leurs actes à leur correspondant et ancien ami.

Une guerre n’est jamais propre et « chirurgical ». L’homme étant ce qu’il est, il y a toujours des exactions sur le terrain. Mais parfois, cet homme, qui a lu, est capable de faire ressortir son humanité, même quand on la croyait perdue.

L’image que je retiendrai (attention spoiler) :

Celle de l’un des deux amis faisant passer la jeune fille par la fenêtre pour la sauver des flammes.

Merci Jérôme et Noukette pour ce précieux conseil de lecture.