Archives par étiquette : Irlande

Les petites chaises rouges – Edna O’BRIEN

lespetiteschaisesrougesSabine Wespieser, 8 septembre 2016, 370 pages

Présentation de l’éditeur :

Dès qu’il franchit le seuil de l’unique pub ouvert dans ce trou perdu d’Irlande, l’étranger suscite la fascination. Vladimir Dragan est originaire du Monténégro. Il entend s’établir comme guérisseur.

On lui trouve un logement, un cabinet médical, et sa première cliente, une des quatre nonnes du lieu, sort de sa séance totalement régénérée. Rien d’étonnant à ce que Fidelma, très belle et mariée à un homme bien plus âgé qu’elle, tombe sous le charme. L’idylle s’interrompt quand Dragan est arrêté. Recherché par toutes les polices, il a vécu à Cloonoila sous un faux nom. Inculpé pour génocide, nettoyage ethnique, massacres, tortures, il est emmené à La Haye, où il rendra compte de ses crimes.

Mon avis :

Oui, il est question des massacres de Sarajevo ; oui, il est question du Boucher qui a permis ces crimes contre l’humanité. Mais il est également question des autres personnes déracinés par la guerre et qui arrivent à Londres ou ailleurs après avoir fui la violence.

L’auteure propose un triste constat : Vlad arrive dans le village irlandais plein d’une science de la nature qu’il fait partager aux villageois (massages et décoctions de plantes) ; mais au Tribunal Pénal International, il est incapable de reconnaître ses crimes, accusant les Puissances occidentales d’avoir mis des cadavres d’anciennes guerres dans le marché de Sarajevo pour faire croire à un massacre. Jamais personne n’est tout blanc ou tout noir.

De même le père de la petite fille qui la cache aux services sociaux pense faire son bien. Le mal revient bien des visages…..

L’histoire de Fidelma m’a moins touchée, pourtant personnage central du roman. Elle est une femme qui fait des choix. Et elle les assume jusqu’au bout, se retrouvant déracinée elle aussi : la communauté de son village ne lui ayant pas pardonné.

La langue de l’auteur est à la fois plaisante et déroutante : elle sait évoquer l’Irlande et ses paysages aussi bien que le Londres de la City ; nous laisser deviner les différents personnages et leurs caractères ; mêlant vocabulaire soutenu et plus trivial.

Un roman important.

L’image que je retiendrai :

Celle des petites chaises rouges du titre, symbolisant le nombre d’enfants tués pendant le siège de Sarajevo. Combien de petites chaises rouges pour les enfants morts dans d’autres guerres…..

club-lecture

Sang impur – Hugo HAMILTON

sang-impur

Points, 4 janvier 2007, 346 pages

Présentation de l’éditeur :

Issue de l’union d’une Berlinoise antinazie avec un nationaliste irlandais, une portée de gamins grandit dans les quartiers misérables du Dublin des années 1960. Talochés par un père dont les échecs affligent tout la famille, les petits Hamilton essuient au dehors les insultes du voisinage. Mais auprès de leur douce mère, Hugo, Franz et Maria apprennent le bonheur d’être en vie, de s’aimer et de se serrer fort contre les siens.

Mon avis :

J’ai plongé avec délice dans cette enfance chaotique et malmenée où l’histoire de la mère ressurgit au détour des pages, par épisode.

L’histoire d’une jeune femme pendant la guerre obligée de gagner sa vie au milieu des « gens du poing » avec pour seule force son « non silencieux ». Une jeune femme partie en pèlerinage à la fin de la guerre en Irlande et qui tombe amoureux d’un idéaliste.

Une enfance à la dure avec un père qui ne voulait parler qu’irlandais et qui éduque ses enfants en ce sens avec des méthodes des années 50.

Des enfants unis contre les autres enfants qui les traitent de « nazis » et n’hésitent pas à les frapper.

Mais une famille unie autour des gâteaux que la mère confectionne amoureusement.

L’image que je retiendrai :

Celle des nombreux bébés de la famille venant enrichir le cercle familial au fil des années.

Tromper la mort – Maryse RIVIERE

tromper-la-mort

Fayard, 19 novembre 2014, 384 pages

Résumé de l’éditeur :

Pas assez d’eau pour noyer un homme, pas assez de bois pour le pendre, pas assez de terre pour l’enterrer… 

Rattrapé par l’âpreté de l’Irlande, le libraire de Montmartre pourra-t-il échapper à son destin ? Traqué par les polices française et irlandaise, son spectre se fond dans les tourbières, se confond aux brumes, se morfond dans les pubs… 

Ombres et lumières des légendes celtiques, mystères de l’âme irlandaise, au coeur de l’action policière…

Mon avis :

Ce roman nous emmène à la fois dans la tête du tueur en série et dans les coulisses du « 36 ».

Pourtant, c’est plus par ce qu’il nous raconte de l’Irlande actuel que ce roman est intéressant. Cette Irlande de l’Union Européenne poussée au développement économique à marche forcée ; celle de la crise de l’effondrement du système ; celle dont les anciens activistes tentent de se reconvertire. Une Irlande bien loin de la carte postale, même si les paysages constituent le cadre privilégié des méfaits du tueur psychopate.

Et puis il y a l’histoire d’amour de l’enquêteur avec une belle irlandaise un peu mystérieuse.

Bref, tout est réunis dans ce roman pour faire passer un bon moment de lecture.

L’image que je retiendrai :

Celle de la Chaussée des Géants : cadre des exploits ultimes de l’ex-libraire.