Archives par étiquette : prison

Je dansais – Carole ZALBERG

Oui, Marie dansait avant d’être enlevée par un homme au visage brûlé.

Marie nous raconte comment elle vit les premiers temps de sa détention : la recherche de la fuite, le refus de tout ce que lui propose son ravisseur, jusqu’à l’acceptation.

Edouard nous parle aussi : son accident et sa défiguration, jusqu’au regard différent de Marie sur lui. Son amour pour elle.

Quelques chapitres avec les voix des parents de Marie qui espèrent, toujours.

Mais ce que j’ai aimé, dans ce roman, ce sont les choeurs : ces voix qui sont celles des femmes enlevées et violées et tuées partout dans le monde, des femmes réduites en esclavage. Ce sont ces voix qui me resteront en mémoire.

L’image que je retiendrai :

Celle de Marie se dirigeant vers les bras d’une maman lors d’un pique-nique.

Grasset, 1er Février 2017, 160 pages

Mercis Jostein, Noukette,  Leiloona, et Gambadou pour cette idée de lecture.

L'affaire Clémence Lange – Laura SADOWSKI

affaire-clemence-lange

Editions Odile Jacob, 15 mai 2008, 286 pages

Résumé de l’éditeur :

Maître Nicolas Kléber appartient à cette catégorie de jeunes gens à qui tout sourit : il est beau, brillant et promène à son bras une ravissante créature. II doit justement la rejoindre dans quelques heures sur les cimes enneigées de Chamonix pour fêter le Nouvel An.

Mais, avant cela, il lui faut se rendre à Fleury-Mérogis, où l’une de ses clientes comparaît devant le conseil de discipline. Simple formalité qui va virer au cauchemar. Car Clémence Lange compte bien faire payer à son avocat la légèreté dont il a fait preuve lors de son procès : elle lui a valu quinze ans de réclusion pour le meurtre de son amant dont elle se dit innocente. Séquestré dans une cellule prototype de la prison, notre fringant avocat va vivre une véritable descente aux enfers.

Mon avis :
Tiré d’une histoire vraie, ce thriller démontre que l’appareil judiciaire francais ne tourne pas toujours rond : une affaire policière menée à la va-vite, une amoureuse éconduit que tout désigne, un avocat peu au fait du dossier, et voilà l’erreur judiciaire qui brise une vie.
Mais comment convaincre son avocat de son innocence ? Malheureusement, le stratagème de Clémence se terminera tragiquement.
La figure de l’avocat m’a paru caricaturale jusqu’au bout, mais il existe des hommes comme ça. Clémence, en revanche, m’a impressionné par sa détermination et son intelligence.
L’image que je retiendrai :
L’auteur nous fait pénétrer dans un jury d’assise et son théâtre.