Terminus Elicius – Karine GIEBEL

terminuseliciusLu sur Liselotte

Présentation de l’éditeur :

Toujours le même trajet. Istres-Marseille. Marseille-Istres. Sa mère, son travail. La vie de Jeanne est en transit. Elle la contemple en passager. Une lettre suffira à faire dérailler ce train-train morose :  » Vous êtes si belle, Jeanne.  » Glissée entre deux banquettes, elle l’attendait. Une déclaration. D’amour. De guerre. Car l’homme de ses rêves est un monstre, un tueur sans pitié. Elle sera sa confidente, son épaule. Il sera son âme sœur, son dilemme. Le terminus de ses cauchemars…

Mon avis :

Premier roman de l’auteur, Prix SNCF du polar, excusez du peu.

On prend donc beaucoup le train dans ce court roman, la ligne Marseille-Mirmas.

Dès le départ, l’auteure nous fait douter de son personnage principal, Jeanne, une jeune femme pleine de TOC qui vit encore chez sa mère à 30 ans. Et puis un drame a eut lieu dans sa vie : l’abandon de Michel.

La force de ce roman (et de l’auteure) réside dans le fait que même une fois le roman refermé, on doute de l’identité d’Elcidius : est-ce Jeanne ; est-ce un ancien ami de Michel ? Il faudra que je demande à l’auteure…..

L’image que je retiendrai :

Celle des couleurs de la mer qui longe la fameuse ligne de chemin de fer.

20 réflexions au sujet de « Terminus Elicius – Karine GIEBEL »

  1. eveyeshe

    j’ai plusieurs romans de Karine Giebel dans ma PAL mais je n’ai pas franchi le pas, j’ai l’impression qu’il y a beaucoup de violence. faut-il les lire dans l’ordre (héros récurent comme dans certains thrillers nordiques) ou non?

    Répondre
    1. Alex-Mot-a-Mots Auteur de l’article

      Les histoires sont vraiment indépendantes les unes des autres, donc tu peux les lire dans l’ordre qu’il te plait.

      Répondre
  2. nathalie

    La ligne de train est magnifique, surtout au lever du soleil. Mais souvent en panne aussi. C’est tout ce que j’ai à dire, le roman ne me dit pas plus que ça.

    Répondre
  3. Violette

    de Giebel j’ai lu du très bon (Les Morsures de l’ombre) et du beaucoup moins bon (Juste une ombre) qui fait que je ne me tourne plus forcément vers elle quand je veux un bon polar…

    Répondre

Laisser un commentaire