Tristesse de la terre – Eric VUILLARD

C’est donc l’histoire de Buffalo Bill Cody qui ne perdit jamais une idée pour faire le show.

Même si pour cela il ré-écrit l’histoire pour des générations ; même si pour cela il hante les scènes de crime pour trouver ses figurants.

Ce récit est également un hymne aux feux Indiens d’Amérique, décimés avec perspicacité.

Ce récit se veut aussi un plaidoyer contre la société du divertissement telle qu’inventée par nos amis américains.

J’ai beaucoup aimé le dernier chapitre.

L’image que je retiendrai :

Celle de la tuerie de Wonded Knee.

Une citation :

« Le fabuleux pouvoir de combustion du sens à travers le spectacle. » (p. 91)

Actes Sud, 17 août 2016, 167 pages

21 commentaires sur “Tristesse de la terre – Eric VUILLARD

  1. Feu les indiens ou les feux indiens ? William Cody alias Buffalo Bill société du divertissement telle qu’inventer (?) par nos amis américains. Tu veux aller trop vite Alex dans la rédaction succincte de tes chroniques…

  2. Bonjour Alex, après 14 Juillet et L’ordre du jour, je sais que je lirai ce livre çi. Vuilard choisit des sujets très différents. J’aime son écriture. Bonne après-midi.

    1. Des sujets vraiment hétéroclite, tu as raison, et toujours bien documentés. Mais j’ai un peu plus de mal avec son écriture.

  3. ta critique me donne envie, une fois de plus… le sujet m’intéresse aussi…
    J’ai aimé « L’ordre du jour » c’est le seul livre de l’auteur que j’ai lu pour l’instant

  4. Je l’ai lu suite à ma découverte de l’auteur avec L’ordre du jour. J’ai énormément aimé. Je te rejoins sur tes choix en fin de billet. C’est je crois un livre à faire lire à tous ceux qui adulent tout ce qui vient des USA sans se poser de question sur leur histoire…

Laisser un commentaire