Tropique de la violence – Natacha APPANAH

tropiquedelaviolenceLu sur Liselotte

Présentation de l’éditeur :

Il y a une immigration constante et tragique dont la presse française ne parle pas. Elle se déroule dans un coin de France oublié de tous, cette ancienne île aux parfums devenue peu à peu un lieu cauchemardesque : Mayotte.

C’est là que Nathacha Appanah situe son roman : l’histoire de Moïse, enfant de migrant rejeté par sa mère parce que ses yeux vairons sont signe de malheur. Recueilli et élevé avec amour par Marie, une infirmière, Moïse se révolte quand il apprend la vérité sur ses origines et décroche de l’école. A la mort brutale de Marie, il tombe sous la coupe de Bruce et de sa bande de voyous, issus du ghetto de Mayotte. Il a 15 ans, se drogue, vole et se bat. Humilié, violé par Bruce, il le tue. Pour échapper à la vengeance des amis de Bruce, Moïse…

Mon avis :

J’ai censuré la fin de la quatrième de couverture, elle en disait trop.

De Mayotte, je savais qu’elle subissait la pression d’un flux migratoire venu des Comores voisines. Mais j’ignorais que son lagon était si beau. Tant de misères et tant de beautés sur le sol français.

Un roman trop court, qui oscille entre description de la petite délinquance, compromissions politiques et volonté des ONG qui tentent de construire quelque chose.

Une fin émouvante mais si pessimiste, comme si il n’y avait aucun échappatoire possible.

Une lecture forte et marquante.

L’image que je retiendrai :

Celle de Moïse lisant et relisant L’enfant et la rivière de Bosco, lecture le reliant à sa mère.

club-lecture

18 réflexions au sujet de « Tropique de la violence – Natacha APPANAH »

  1. eveyeshe

    j’attendais ton avis avec impatience!!!
    ce livre est extrêmement puissant. je l’ai lu cet été et il est toujours dans ma tête…j’ai aimé le rythme de l’écriture qui exprime si bien la violence…
    moi non plus, je ne connaissais rien de Mayotte.

    Répondre
    1. Alex-Mot-a-Mots Auteur de l’article

      J’ai été attristé du constat de l’auteur sur cette forme d’impuissance. Il me restera en mémoire également.

      Répondre
  2. lorouge

    J’attendais moi aussi ton avis avec impatience. Encore une fin pessimiste, ouille, ça me freine un peu. Lire un texte sombre ne m’a jamais arrêté, mais j’aime bien tout de même sentir une pointe d’espoir, il me semble que cela ne soit pas le cas ici ☹ Je pense que je tenterais tout de même sa lecture… Bonne fin de dimanche Alex, bises

    Répondre
  3. Nadine

    Un roman « trop court » c’est toujours bon signe! Avec des descriptions de la petite délinquance qui me tente bien. Merci de la découverte Alex

    Répondre
  4. coupsdecoeurgeraldine

    J’étais tentée de le demandé pour le match RL Price minister, mais justement, j’ai eu peur que ce soit trop pessimiste pour moi. Mais j’imagine bien combien ce livre doit être marquant devant ce drame tant ignoré par les médias.

    Répondre

Laisser un commentaire