Une femme au téléphone – Carole FIVES

Je découvre avec ce roman prêté par une amie la plume de l’auteure.

La mise en scène est originale : nous n’avons pas les dialogues en entier, juste ceux de la mère ; nous n’entendons pas la voix de sa fille.

Nous devinons donc que cette femme d’une soixantaine d’années a eu deux enfants : la fille à qui elle parle, et un garçon qui a lui-même une petite Valentine ; une vieille amie Colette ; elle est atteinte d’un cancer ; fait une rechute dépressive ; et cherche désespérément un homme après son divorce d’avec le père de ses enfants.

L’occasion pour l’auteur de nous parler des différents sites de rencontres que la mère fréquente assidûment sans trouver l’âme soeur.

J’ai aimé suivre les sautes d’humeur de cette mère représentative de sa génération (même si je n’aurai pas aimé être à la place de sa fille – Maman, je t’aime, ne change pas !).

L’image que je retiendrai :

Celle du pseudo de la mère : toujours en rapport avec son chinchilla.

L’arbalète – Gallimard, 12 janvier 2017, 112 pages

22 réflexions au sujet de « Une femme au téléphone – Carole FIVES »

  1. manue

    Ca doit être particulier de lire un roman où il n’y a qu’un seul dialogue, enfin je veux dire où il n’y a pas les réponses de l’autre personne…

    pour la suite des mémoires d’une voyante, si le tome 2 existe ou lorsqu’il sortira oui je pense que je le lirais parce que j’ai bien aimé le tome 1

    Répondre
    1. Alex-Mot-a-Mots Auteur de l’article

      Merci pour l’info, je ne savais pas qu’elle écrivait pour la jeunesse aussi. Ce roman-çi est original, j’aime beaucoup.

      Répondre
  2. Edyta

    J’ai beaucoup aimé le passage de cette auteure dans la Grande Librairie il y a un moment et c’était pour son précédent roman que je n’ai toujours pas lu.

    Répondre

Laisser un commentaire