Une vie bouleversée – Etty HILLESUM

vie-bouleversée

Points, 18 avril 1995, 361 pages

Résumé de l’éditeur :

Etty Hillesum est juive. Elle commence un journal en 1941, sa seule publication à ce jour. À 27 ans, sa foi en la vie, en l’homme et en l’art étonnent, d’autant que la guerre et ses mesures antisémites sévissent. Mais à peine en fait-elle part dans son journal qu’elle emploie plutôt à se dire, à comprendre sa relation au monde, aux autres et à Spier, l’homme qu’elle aime, également psychanalyste et disciple de Jung. Alors que l’humanité s’avilit, la voix de la jeune Néerlandaise s’élève comme une incantation, d’une pureté sans fard et sans naïveté.

En 1943, sa famille est déportée à Westerbork. Avant même d’être appelée, elle la rejoint, accomplissant le voeu qui clôture son journal : « On voudrait être un baume versé sur tant de plaies. » Les lettres qu’elle y écrit, réunies dans la seconde partie de ce volume, sont éblouissantes de foi et de lucidité mêlées. Sa liberté intérieure sonne, étrange et belle, dans les camps, jusqu’en ce 7 septembre 1943 qui l’emporte à Auschwitz. Et l’on se remet mal de son silence.

Mon avis :

Voici un livre qui se lit par petits bouts, pour en déguster chaque phrase et tenter d’en saisir le sens profond.

Il y a de la philosophie dans ces pages, et même de la foi.

Quelques citations :

« Et si Dieu cesse de m’aider, ce sera à moi d’aider Dieu. »

« On voudrait être un baume versé sur tant de plaies. »

« Dire que l’on a en soi assez d’amour pour pardonner à Dieu ! »

18 commentaires sur “Une vie bouleversée – Etty HILLESUM

Laisser un commentaire