Dans les bras de Verdun – Nick DYBEK

L’armistice n’a pas encore été signé il y a 100 ans, nos arrières grand-parents sont encore en guerre, dans les tranchées.

De jeunes américains les ont rejoins, dont Tom, le personnage principal du roman. Originaire de Chicago, il est ambulancier sur le front. Puis, après la guerre, il travaille à l’ossuaire de Verdun, alors en construction.

Il voit arriver de nombreuses familles cherchant qui un fils, qui un père ou un oncle. Il rencontre Sarah, une américaine elle aussi à la recherche de son fiancé.

Tom lui raconte l’avoir rencontré lors d’une permission.

Ils tombent sous le charme l’un de l’autre, jusqu’au jour où Sarah croit reconnaître son fiancé dans un soldat amnésique à Bologne.

En parallèle, nous suivons Tom des années plus tard, devenu scénariste pour les studios d’Hollywood et retrouvant un ancien camarade.

J’ai aimé me laisser porter par l’écriture fluide de l’auteur. Suivre Tom à la collecte des ossements des soldats sur les anciens champs de bataille. Ecouter son camarade raconter le front autrichien en Italie.

L’histoire d’amour m’a moins touchée, mais le mensonge, celui qui gâche une vie, m’a interpellé.

De belles pages sur la guerre et le courage des soldats qui se savaient voué à la mort.

L’image que je retiendrai :

Celle des vins que boivent Tom et Sarah à chacun de leur repas dans un grand restaurant.

Quelques citations :

A propos du cinéma : Que désiraient-ils voir, magnifié par la lumière et le nitrate ? Eh bien, curieusement, de la détresse. (p.201)

Un homme ne fait le ménage que pour ses ennemis (p.213)

Presses de la Cité, 6 septembre 2018, 336 pages

Laisser un commentaire