Auteurs en G

Danser les ombres – Laurent GAUDE

Ouvrir un roman de Laurent GAUDE, c’est pour moi jouer à pile ou face : où j’adore, où j’abandonne.

Et comme je vais faire un article complet, j’ai adoré. Pas tout de suite au commencement de ma lecture. Il m’a fallu un peu de temps pour placer les personnages et leur histoire, la cartographie de la ville.

Et puis le charme des longues phrases envoûtantes de l’auteur a opéré.

J’ai aimé les personnages : les gentils de la villa Fessou, mais aussi le méchant Matrak qui ne trouve plus sa place depuis la fin de la dictature.

J’ai aimé Nine qui aime les hommes, sa simplicité, et j’ai pleuré de rage avec elle quand les hommes étaient violent avec elle.

J’ai aimé Lily qui ne veut pas mourir entre les murs aseptisés d’un hôpital.

J’ai aimé Mme Kénol qui reconnait son fils dans le fils bâtard de la bonniche et lui donne son nom.

J’ai aimé sa cuisinière, Dame Petite, qui fait danser les morts et les vivants afin que chacun retourne chez soi.

Un roman magnifique et juste qui m’a fait verser des larmes de tristesse et de joie.

Quelques citations :

Les gens s’énervent. Ils ont besoin de colère. Cela leur fait du bien après tant de terreur.

Ils savent qu’ils ne pourront faire autrement et c’est contre cela qu’ils s’énervent. La rage de devoir céder.

(…) pleurer encore, ce sera un profond soulagement… Il va leur ouvrir à tous pour qu’ils aitent le temps de s’assoir, de dire ce qu’ils ont vécu, de montrer leurs plaies, et ce ne sera pas rien.

Si la République avait à choisir un slogan, ce serait : « Consommation, satisfaction et tombola ! ».

L’image que je retiendrai :

Celle du personnage féminin vaudou Madame Brigitte, épouse de Baron Samedi.

Lu sur Liselotte

Objectif PAL (numérique) d’Antigone

26 commentaires

Répondre à Antigone Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :